LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

THE NIGHT OF, que la lumière soit !

SÉRIE                                                     HBO / OCS

STEVEN ZAILLIAN & RICHARD PRICE

480239.jpg

 

 

 

 

 

 

On ne renouvelle pas un genre. On le transcende.

Quand un des cerveaux de The Wire, Richard Price, et le scénariste de La Liste de Schindler et d'American Gangster, Steven Zaillian,  s'associent l'union accouche d'une merveille d'écriture. Un beau cadeau d'adieu pour le dernier projet du regretté James (Tony Soprano) Gandolfini. Producteur exécutif Il devait également faire son grand retour chez HBO dans le rôle de l'avocat. Rôle que reprend avec un talent fou son ami et acteur John Turturro. The Night Of est ce que j'ai vu passer de plus abouti en télé cette année.

Une rencontre d'un soir, deux trois cachetons, une partie de jambes en l'air et Nasir Khan se réveille face au cadavre d'une jeune fille lardée de 22 coups de couteau. Un crime atroce, mais la vérité se dérobe. Tant pour le personnage que pour le spectateur. Sous l'effet des drogues, l'amnésie fait l'impasse sur le moment des faits. Nasir Khan n'a aucun souvenir de ce qu'il aurait pu faire ou voir au moment du crime. Et le doute de s'installer alors durablement sur la série...

The-Night-of-serie-crepusculaire.jpg

 

Quelques jours après avoir décidé d'arrêter ce blog je tombe donc sur ce truc qui me happe et me régale trois soirs durant. Non le cinéma n'est pas mort. Oui, la télévision lui offe un nouvel espace. Parce que, oui,  nous vivons bien un âge d'or des séries. Enquête criminelle, film de prison, film de procès. Flotte sur cette immersion dans les ténèbres d'un parcours judiciaire l'esprit de Sidney Lumet et de William Friedkin. Du crime au verdict, The Night Of expose avant tout une galerie de personnages solides et inoubliables. Si le jeune Riz Ahmed (Night Call, Star Wars: Rogue One) opaque et intense assure royalement la tête d'affiche huit épisodes durant, c'est bien l'immense John Turturro (Barton Fink, Mia Madre) qui fait battre aussi fort et aussi profondément le coeur de cette enquête. Avocat des putes et petits dealers, aux pieds dévorés par l'eczéma, ce loser du prétoire instantanément attachant semble aussi être la victime d'un système aux mécanismes viciés où l'innocence du client n'est qu'une lointaine option. Personnage solitaire et 'rongé" il incarne à la perfection cet univers désabusé et mélancolique de petits arrangements et de négociations où se deale l'exercice de la justice.

john-turturro-the-night-of.jpg

The Night Of fait la lumière sur tout un processus de déconstruction. Celui de l'innocence d'un être que tout accable. Car tout l'accuse. Et la vérité semble rapidement hors d'atteinte. Nous plongeons là dans le mystère des êtres et c'est bien sur le plan humain que cette prodigieuse série accroche et fascine. Des histoires de meurtre et d'enquêtes, on en a vécu des milliers sur les écrans. Seule la manière fait l'art. Et ici le fil de l'intrigue se déroule avec maestria et chaque séquence respire le vécu et l'authentique. Un soucis de vérité qui répond au mouvement d'ensemble. On tient simplement le haut du panier.

Deux ans d'écriture, presque un an de tournage. HBO a permit que s'accomplisse ici un travail d'orfèvre. Dialogues ciselés, sens du détail, cadres aiguisés, mise en scène somptueuse et une photographie de cinoche. Décors, lumière, l'atmosphère envoute. J'ai parlé des deux principaux acteurs mais pas un seul rôle ne fait tâche dans le paysage. Bill Camp, que je ne connaissais pas, crève l'écran dans le rôle de Box. Dès la première sortie de sa bagnole, la grande carcasse de ce flic énigmatique, hanté par son boulot, charme et captive. La proc fatiguée et un brin désabusée est défendue d'une manière franchement savoureuse par Jeannie Berlin et l'acteur Peyman Moaadi (Une Séparation, 13 Hours) exprime par la seule force de son regard autant la détresse que la détermination d'un père prêt à défendre l'innocence de son fils emprisonné. Et puis The Night Of est aussi, je le disais, un formidable film de prison. Maître des lieux, Freddy, joué par le magnétique Michael Kenneth Williams (The Wire, Boardwalk Empire) va offrir au jeune Nazir une nouvelle éducation. Celle de la survie au milieu des loups. 

The Night Of convoque ainsi toute l'humanité de ses personnages face aux ténèbres. Comme dans les plus puissants des romans russe. Le fantôme de Dostoïevski rode ici entre les lignes et dans les ombres de ces huit heures de chef d'oeuvre.

 

 

 

 

22927d788deeab047f43dfb932bf3703b2ed48833dacf57f8f1481951ccde4f8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avis des membres !

 

Spinaltap :

"Vu le 8ème épisode hier soir. Mini-série série immense. Un one-shot qui ponctue cette histoire emplie à la fois de violence et d'humanité d'un plan final absolument magnifique."

 

 

 

 

 

 

Sortie Blu-ray France le 1er mars 2017

 

164246_front.jpg

 

 

 

 

THE NIGHT OF

2016

8 épisodes

 

L'IMAGE: Compte tenu du travail admirable accomplit sur la photographie (un résultat cinématographique) le Blu-ray devrait nous offrir une grande leçon d'atmosphère.

 

Writers:

(created by), (created by)
 
 
 
 
 
the-night-of-season-of-the-witch_article_story_large.jpg
 
 


17/09/2016
18 Poster un commentaire

A découvrir aussi