LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

INSIDE LLEWYN DAVIS, la ballade des frères Coen

FEEL GOOD MOVIE                        BLU-RAY

COEN BROTHERS

21005275_20130927183847948.jpg

 
 
 
 

 


Encore un personnage de looser pour les frères Coen, mais celui-ci est magnifique et profondément attachant.

Llewyn Davis, voué à son art mais alignant les mauvais choix.  Le regard des cinéastes s'est fait plus tendre depuis leurs féroces débuts. Ils posent ici un regard à la fois drôle et douloureux mais comme apaisé sur l'intégrité artistique la plus pure mais également la plus maladroite. Ballade triste, drôle et poétique d'un folk-singer franchement talentueux mais résolument à coté de ses pompes. BO miraculeuse, Blu-ray velouté. Du tout bon!

 

 

original-654459-438.jpg


Portrait d'un artiste condamné à l'oubli, peinture fabuleuse de l'atmosphère des sixties à Greenwich Village, Inside Llewyn est une authentique pépite. Coen oblige, la cruauté n’est jamais loin mais elle n'est pas le fait des auteurs. L'histoire est ainsi. Et la vie aussi. Une ballade mélancolique que l'on chante le coeur en vrac et la tête dans le brouillard.
Sur une telle partition les acteurs sont à la fête. Oscar Isaac EST Llewyn Davis (c'est himself qui chante et guitarise )et notons l'apparition savoureuse du divin John Goodman, fidèle au poste.(The Big Goodman a été six fois "Coenisé")
Et Coté BO me demanderez vous?
Du petit lait. Le gratin du répertoire Folk et à la sortie un album produit par Monseigneur T-Bone Burnett (souvenez vous du tube des Culs Trempés dans O’Brother, c’était lui, le gars qui a joué avec Dylan et produit Costello, Roy Orbinson ou Elton John pour ne citer que les plus jeunes) Je l'ai écouté en boucle dans ma voiture pendant plusieurs semaines. Même mes chiens adorent Je leur passe et on ne les entend plus. Un test imparable.

  o-INSIDE-LLEWYN-DAVIS-TRAILER-facebook.jpg 

Parlons image: La somptueuse photographie de Bruno Delbonnel (Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, Un Long dimanche.., Dark Shadows) est du velours pour les yeux.  Une suite de tableaux vaporeux aux couleurs enveloppantes pour une sensation cotonneuse. L'impression de se tenir entre deux mondes devient palpable. Nous sommes dans la tête de Llewyn. Vision d'un artiste perdu dans les limbes de ses rêves inaboutis. Bref, un nouveau sommet pour les Coen (après Fargo, No Country for Old Men, True Grit …) mais attention, soyons d'accord, dans la catégorie « chef d’oeuvre discret"

 
 
 
 
 
 
ulyssellewyn.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

Making Llewyn

 

 

 

 

 

 

                              

 
 
 
 
 
 

Une B.O signée Burnett 

 
 
 
 
 
                     
 

 

 

 

 

9587_5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 OSCAR

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                             


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cat.jpg

 

 

 

 

 

 

71WAhsGD0eL._SL1333_.jpg

 

 

 

INSIDE LLEWYN DAVIS

2013

1H45

 

Le Blu-ray :  Du  velours pour les yeux.  Le niveau de détail HD est bien là mais photographie "seventies" oblige, la douceur s'impose. Traitement des couleurs admirable.

 

Directors:

 

Writers:

 
 

 

 

 

 

 

 

Inside-Llewyn-Davis-affiche-11153.jpg

 
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



23/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi