LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

IDA, l'ombre d'Anna

DRAME                                                BLU-RAY

PAWEL PAWLIKOWSKI

Ida-affiche-12488.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Solitaire Anna.

Enfant du silence, élevée au couvent. Le cadrage parle pour elle.  L'espace vide au dessus d'elle est imposant. Son visage n'apparait qu'au bas de l'écran. En un seul plan est alors évoqué le poids du secret. L'ombre du passé, que "le voyage" d'Anna s'attachera à éclaircir. L'espace vide sera Ida. L'absente omniprésente. Ida, la mère et la soeur...

Entre cette ouverture et un plan final soudain libéré du formalisme absolu de l'ensemble, la rigueur et la puissance des " tableaux" qui vont s'enchainer,  incarnent à mon sens un très grand moment de cinéma. Images aussi admirables sur la forme que terribles sur le fond. Le transfert blu-ray,  sublime,  ne laisse échapper aucun détail de ce travail d'orfèvre. Une réalisation épurée,  minimaliste,  aux cadres fixes. Un univers "sous-contrôle" pour un drame terrible et un propos universel. Admirable contraste entre une forme stricte et un souffle romanesque dévastateur. A l'image des deux personnages : Une jeune nonne secrète et mutique mais tournée vers le pardon et aspirant au détachement.  A ses cotés, une femme de loi, combative mais dévastée par le remord et la colère.

 Agata-Kulesza-Agata-Trzebuchowska-Ida.jpg

Trajectoires d' existences écrasées sous le poids des secrets et des non-dits. Identité, question des origines, Fuite, déni, justice et pardon. Autant de thèmes subtilement incarnés par ces deux personnages inoubliables. Confrontation du sentiment religieux au quotidien le plus tourmenté. Le décor est à l'identique. Couloirs austères du couvent, routes de campagnes brumeuses,  hôtel "hanté" par un groupe de musiciens. Seule leur musique, presque surréaliste, vient rompre la profonde mélancolie de l'ensemble... Mais elle semble décalée, traduisant le monde des illusions derrières lesquelles se cachent les vérités les plus sinistres. Sombre et tendue, l'atmosphère de ce film envoute et captive. Seul le Jazz de Coltrane parviendra à toucher Ida et lui ouvrira la porte de cette réalité qui semble si éloigné de son regard.

doc_6820_0_01.jpg

 

Magnifiques actrices.

Premier rôle à l'écran pour la jeune Agata Trzebuchowska. Cette "virginité cinématographique" colle au personnage et son regard continuera de vous  habiter bien la projection. Formidable Agata Kulesza (La Chambre des Suicidés),  actrice bien connu des téléspectateurs polonais pour ses rôles dans de nombreuses séries. La détermination de son regard et les failles qui parfois s'y révèlent rendent son personnage totalement bouleversant. Grâce à elles,  ce voyage vers la vérité glisse comme un torrent malgré la religieuse austérité de sa mise en scène. Ce qui n'aurait pu être qu'un brillant exercice de style somptueusement photographié reste avant tout un drame poignant.

Par cette précieuse cohérence du fond et de la forme Ida confine au chef d'oeuvre.

 

 

 

 

 

 ida-6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pavel Pawlikowski

Pawel-Pawlikowski-and-Lukasz-Zal-on-set-of-IDA-thefilmbook-v2-.jpg

 

 

                        

 

          

 

 

 

 

 

 

 photo3_9735.jpg

 

 

 

 

 

 

 

104575_front.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IDA

2013

1H20

 

Le Blu-ray :   Le transfert blu-ray,  sublime,  ne laisse échapper aucun détail de ce travail d'orfèvre. Grâce rétinienne...  Le plus beau noir et blanc 2014 (avec les deux volets d'Heimat  d'Edgar Reitz)

 

Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay)
 
 
 
 
 
ida_4.jpg
 
 
 


23/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi