LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

LA LÉGENDE DE BEOWULF, tonight we dine in hell !

ANIMATION                                              BLU-RAY

ROBERT ZEMECKIS

21437.jpg

 

 

 

 

 

 

Que reste t'il de Beowulf, neuf ans après sa sortie?

Tout.

Beowulf reste d'une seule pièce. Une tranche de cinoche barbare, radicale et viscéralement primaire. Beowulf c'est le conte des contes. La berceau de l'Heroic Fantasy. Livre de chevet de Tolkien et terreau premier du Seigneur des Anneaux.  La matrice de Conan le Barbare. Sur le thème increvable et éternel du guerrier conquérant délivrant un peuple d'une oppression maléfique, Zemeckis retourne aux sources du Mythe. Sur les terres brumeuses d'un Danemark des origines. Raconté d'abord au coin du feu, par de scandinaves paladins ce récit aux auteurs multiples se transforma en poème épique, l'une des oeuvres les plus anciennes de la littérature anglo-saxonne. De cette légende d'un autre millénaire les scénaristes Roger Avary (Pulp Fiction, Les lois de l'attraction) et Neil Gaiman (Stardust, Coraline) ont tirés le muscle et la moelle. Un récit guerrier absolument dantesque stimulant au plus haut point le papa de Retour vers le Futur, toujours avide de nouveaux défis et territoires à explorer.

 

la-legende-de-beowulf-beowulf-21-11-2007-16-11-2007-7-g.jpg

 

Beowulf surgit donc sur les écrans en 2007.

Violent, éclaboussant le spectateur, et sans concession. 150 millions de dollars de budget, des mouvements de caméra vertigineux, embrassant d'un seul mouvement l'ensemble du paysage comme pour planter le décor sur la scène d'un gigantesque théâtre. Le tout servi par une 3D pré-Avatar et une B.O venue du fond des âges signée Alan Silvestri (Avengers, Flight

Même revu en 2D dans un transfert Blu-ray impérial l'immersion reste pour moi totale et intense. Entre un massacre inaugural tétanisant et un final accroché sur le dos d'un dragon, le spectacle délicieusement bourrin se paye même le luxe de murmurer un drame shakespearien sur la maladie du pouvoir, l'ambition dévorante, l'âge et la mort. Angelina Jolie fait le reste, déroulant ses courbes affolantes dans l'ombre profonde de la caverne où dort le monstre Grendel.

 

G103751400365528.jpg

Sur le fond comme sur la forme, Beowulf n'est ni pour les littéraires ni pour les enfants. Beowulf n'épargne personne. 

Pire que cruel, l'accueil de ce film ahurissant sera : tiède... L'horreur pour un chaudron. Box-officement parlant, Beowulf ne sera pas la révolution attendue. Déficitaire aux USA la production ne se remboursera que sur les recettes mondiales. Coté critiques, en France, seul la revue Mad Movies saluera la flamboyance et l'aspect dépoussiérant de la chose. Resitué dans son contexte, à l'heure ou la motion-capture en est encore à ses balbutiements, Beowulf reste un véritable tour de force cinématographique. Même si la technique montre aujourd'hui ses limites sur certains visages (quelques regards éteints ici et là) j'embarque encore comme un môme dans ce grand huit en motion-capture. Une technologie adoptée par le réalisateur en 2004 sur le Pôle Express et qui trouvera son point final et son apothéose avec le drôle de Noël de Scrooge en 2009. Depuis cette science de l'image virtuelle s'est affinée et nous a récemment offert un somptueux Livre de la Jungle mais cet ancêtre sent bon l'exploration courageuse et l'expérimental bien aéré. Le bonus increvable reste cette jolie brassée de géants ayants prêtés leurs traits à une galerie de vigoureux scandinaves. Ray Winston, Angelina Jolie, Anthony Hopkins, Brendan Gleeson, Robin Wright, John Malkovitch ou Crispin Glover... Belle affiche, non? Mais le plus grand mérite du film de Zemeckis c'est quand même d'avoir balayé la précédente déclinaison du mythe signée Graham Baker en 1999, avec notre Christophe Lambert. Un désolant moment de cinéma pour rire entre potes avant de se quitter en pleurant.

Depuis 2007, L'honneur est sauf. Basique, tripal, ardent, prosternez-vous devant Beowulf et, please, prenez-en plein la poire!

 

 

 

 

471d5ae00f1d3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aux origines de la motion-capture

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

81ngXLY4k9S._SL1500_.jpg

 

 

 

LA LEGENDE DE BEOWULF

2007

1H55

LE BLU-RAY:  Top-démo aux débuts du Blu-ray, la galette bleue affiche toujours un piqué de compétition et des contrastes puissants. The show must go on. 

Director:

 

Writers:

  (screenplay), (screenplay), 1 more credit »

 

 

 

 

 Movies_Films_B_Angelina_Jolie_in_Beowulf_005133_.jpg



17/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi