LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

BLUE RUIN, pur et brut moment de cinoche

THRILLER                                       BLU-RAY

JEREMY SAULNIER

blue_ruin_poster.jpg

 

 

 

 

 

 

Quelques plans au découpage impérial et  le décor est planté.

Bienvenue dans le monde de Dwight. Ou plutôt, ce qu'il en reste... Le titre du film résume tout ce que cet homme possède et l'ouverture annonce clairement l'entrée en scène d'un vrai cinéaste.

 

Blue-Ruin.jpg

Écrit, quasi auto-finançé, et réalisé par Jérémy Saulnier  voici une énième histoire de vengeance servie glaçée, et accomplie par un personnage totalement anéanti. Un parcours pathétique dans une Amérique perdue et le carnage au bout du chemin. Chef opérateur dans le milieu indé,  Saulnier malgré un budget qui financerait à peine un trajet en car de Meudon à Viroflay, nous offre une image de toute beauté. Hormis un sens du cadre absolument terrassant, la texture même du film est un régal. Tourné au Canon C300 on jurerait à l'arrivée de la bonne vieille peloche 35. Un grain subtil et un traitement des couleurs très seventies. Car la forme évoque bien cette glorieuse décennie du cinoche américain et de ses survivals crasseux et teigneux comme Délivrance ou Les Chiens de Paille ainsi que leur glorieux descendants comme No country for old men.

Règlement de comptes au pays des rednecks et sans clips ni caméra secouée. Un pur et brut moment de cinoche qui loupe de peu le panthéon du thriller en raison d'une seconde partie plus "ordinaire".

Ici la vraie surprise porte un nom : Macon Blair. Un prodige de "non-présence" envahissante. Un visage d'anonyme, dépourvu de charisme mais totalement magnétique. Un phénomène inexplicable. Un ovni autour duquel le film tout entier semble s'être construit. Dans un rôle presque muet, toute la maladie et l'effroi de la vengeance transpirent de son regard au bord de l'abîme. Ses silences sont furieux, et chacune de ses répliques semblent exhaler son dernier râle.

 

blue-ruins4.png

 

Vous l'aurez compris, peu importe l'aspect finalement prévisible et anecdotique de l'intrigue, ce sont bien la forme et la manière qui fascinent ici. Toutes entières au service de cet improbable et, finalement, terrifiant personnage dont chaque action semble offrir un moment de cinéma à la fois conforme à une bonne vieille série B et totalement inédit dans son expression. Avec un sens parfait du timing et de l'ellipse, Blue-ruin nous épargne les transitions inutiles et tunnels de dialogues explicatifs qui plombent parfois le genre. Le scénar est dégraissé jusqu'à l'os et la violence surgit séchement et sans esbrouffe. Pas de glamour. Ici la vengeance est rude, sale et laborieuse.

Le parcours de Dwight est un chemin de croix sans héros. Mais de toutes ces vies en ruine peuvent surgir un très bon film. C'est le miracle du 7ème Art dès qu'il n'est plus tenu en laisse.

 

 

 

 

original-648395-180.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Faire du neuf

 

 

 

 

blue-ruin-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

                       


 

 

 

 

 

 

 

 

blue-ruin-international640.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

111092_front.jpg

 

 

 

 

 

 

 

BLUE RUIN

2013

1H30

LE BLU-RAY :   Un rendu hd grande classe. Une matière très seventies mais un niveau de détail au top du support et un traitement des couleurs admirable. Belle sensation ciné.

Director:

 
 
 
 
 
sans-titre.jpg
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



16/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi