LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

WILD, Cheryl Blues

DRAME                                  BLU-RAY (exclu Fnac)

JEAN-MARC VALLÉE

 

 

WILD_movie_poster.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Un deuil, une rupture amoureuse, une vie en pleine dérive... Cheryl Strayed, sac au dos, se lance alors à l'assaut des 1500 km de sentier du Pacific Crest Trail. Au fil de sa marche le puzzle du passé se rassemble doucement.

Histoire vraie, moins dramatique et flamboyante que le parcours Prométhéen de Christopher McCandless dans Into The Wild, le film de Jean-Marc Vallée ( Dallas Buyers Club) avance doucement et avec une certaine délicatesse. Plus proche du portrait que du carnet de voyage, le parcours de Cheryl est défendue avec un total abandon par Reese Witherspoon, l'adorable June Carter de Walk the Line. Toujours juste et vraie, elle accuse une petite baisse de crédibilité dans les scènes de son passé de "camée".  Une présence discrète et immédiatement attachante qui souligne toute l'humanité et l'humilité du propos. Inutile de comparer cette oeuvre au film de Sean Penn. Nous sommes plus ici dans la chronique que dans le poème épique.

Au fil du parcours et des rencontres, les échos du passé prennent leur envol. Fantôme d'une mère aimante mais trop fragile, ombre d'un père violent, d'un amour qu'elle a trahit, le parcours de Wild n'évite pas certains clichés mais se rattrape souvent dans la place laissé aux personnages croisés au détour du périple.  Car même si Laura Dern campe une maman inoubliable et bouleversante, les flash-back, souvent trop schématiques et explicatifs, entravent lourdement les authentiques "moments de grâce" qui ponctuent la balade de Cheryl. Comme si Jean-Marc Vallée et son scénariste Nick Hornby (High Fidelity) dans leur adaptation du récit, n'avaient pas osé se détacher du bouquin pour s'abandonner "totalement" au chemin.

 

wild-reese-witherspoon.jpg

Reste un agréable moment de cinéma, loin du bruit et de la fureur, et traversé de purs moments de poésie. L'humour pointe aussi le bout de nez ici et là. Séquence à la fois drôle et émouvante du "grand départ"où Cheryl, seule dans sa chambre d'hôtel, doit se relever après avoir accroché pour la première fois son sac à dos... 45kg toute mouillée et le poids d'une première vie qui l'écrase. Tout est dit. (On peut décidément évoquer le passé sans recours au flash-back)

Les cadres somptueux et la photographie aux couleurs profondes signée Yves Bélanger ( Dallas Buyers... Laurence Anyways) bénéficient d'un traitement HD de premier ordre. Au final, Wild est un "beau petit film" et une revigorante leçon de vie qui aurait mérité un peu plus de "lâcher-prise" pour atteindre les sommets.

"Si ta volonté lâche, dépasse là."

Emily Dickinson & Cheryl Strayed.

 

 

 

 

 

image-f5ca6aa7-b0f3-47da-909d-5cccdbb1d424.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Prendre le chemin...

 

 

 

 

 

 

 wild2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wild-Jean-Marc-Vallee-Featured-1900x560-1417730223.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Wild-br-fr-fnac.jpg

 

 

 

WILD

2014

1H55

LE BLU-RAY : Master de premier ordre. Niveau de détail, contrastes et couleurs en pleine floraison. Idéal pour pénétrer au coeur du "great open wild".

Director:

Writers:

, (memoir "Wild: From Lost to Found on the Pacific Crest Trail")
 
 
 
 
 
 
wild-8.jpg
 


02/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi