LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

RORY GALLAGHER, IRISH TOUR 74, Quand explose le coeur de Cirimax ...

DOC / CONCERT

TONY PALMER

5034504982871xr.jpg

 

 

 

 

 

 



Dans la loge, l’heure n’est pas à la gaudriole.

Ce sont des taiseux…quelques paroles…le minimum. La concentration est totale…les cœurs gonflés des souffrances de la vie, ils semblent se refermer sur eux-mêmes pour n’aller qu’à l’essentiel. Pas de roadies, de guitar tech ou autres….Pas un bruit. Pas de parasites.

Dans quelques minutes ça va être l’entrée dans la fosse.
Un combat, un vrai et sans merci : le rock pur fondu dans le blues va exploser sans le moindre millimètre de concession. Un venin pur ciselé à froid par un groupe en catalepsie au service du maître de la Stratocaster.
Le metteur en scène, Tony Palmer n’est pas là pour faire du joli. Sa caméra n’existe quasiment plus. Nous sommes DANS l’événement, ici en Irlande. Il va au coeur des choses….et le coeur des choses….c’est Rory, Rory Gallagher. A lui tout seul, il est le blues, le rock.

Et le blues rock irlandais, c’est lui , personne d’autre.

 

rorylight12.jpg

 
Il donne tout. Il a tout donné. Il s’offre.
Pas d’économie.
Palmer montre ça.
En rock, l’artiste le plus désintéressé de tous les temps, c’est Rory Gallagher.

Des tournées austères, des chambres d’hôtels froides, serré dans l’unique voiture , de ville en ville, fantômes de la nuit, tout pour les enfants, tout pour ce public si fidèle, si pur. Pas de filles , pas de femme : ça déconcentre pense Rory.
L’austérité est là, la vie privée est oubliée depuis des lustres. L’essentiel, c’est la musique…
Alors on va lui donner sa vie à cette beauté…
Parce que lui quand il donne, on donne ce qu’il a de plus précieux, l’essentiel c’est qu’il ne lui reste rien…
Ce type se fout les tripes à l’air quand il joue , et moi, ça remplit mon cœur d’émotion, de sa générosité sans attente, de son énorme gentillesse si légendaire.
Son visage peut paraître enfantin voire poupin mais ne nous y trompons pas, c’est un chef, un chef de guerre. Sur une scène, on est carrément dans le diabolique et l’énergie est brute vraie et naturelle.
Sa musique l’habite littéralement et sur scène, son cœur explose au grand air.

 

stratlight07.jpg

Le producteur éxécutif de ce Irish Tour 1974, c’est le frère adoré Donal Gallagher, celui qui le protégera jusqu’au bout.
Ce film est pour moi une vraie pépite que les amateurs de Blues rock connaissent bien sûr mais pour les autres, qu’il ait été possible de filmer comme ça cet artiste, relève du prodige et pour ça on ne peut que saluer l’équipe restreinte qui a œuvré sur la chose.


Maintenant, DVD ou Bluray, je dirais dans ce cas là « peu importe »….l’essentiel est vraiment ailleurs.
Rory est mort maintenant. Il a souffert, mais tout donné.
Je l’aimais.

 

 

 

 

Cirimax,

 

 

 

 

 

rorylight2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coffret  Irish tour 74 Coffret 7 CD + DVD  paru le 20 octobre 2014

 

Irish-tour-74-Coffret-7-CD-DVD.jpg

 

 

 

 

 

 



12/03/2017
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi