LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

AMERICAN HONEY, from death stars

POÈME / ROAD MOVIE / VOD

ANDREA ARNOLD

American_Honey_poster.jpg

 

 

 

 


Un de ces rares et vrai film au coeur battant dont même les fragilités écorchent.

D'une langueur souvent torpillée par des séquences fulgurantes et des visions hypnotisantes, jusqu’à une dernière demi-heure littéralement poignante, American Honey est un film vivant à l'âme puissante.

C'est long, parfois agaçant, mais c’est âpre et c’est beau.

Huit ans après les tourments adolescents du solide Fish Tank et une adaptation quasi invisible des Hauts de Hurlevent, la scénariste et réalisatrice brittannique Andrea Arnold embrasse le coeur de l’Amérique en recyclant l’ADN du cinoche et de la littérature US depuis la conquête de l’Ouest : Le road movie. Elle y injecte un thème qui lui est chère : l’entrée dans l’âge adulte.

 

american_honey_0.jpg

Chronique d’adolescents perdus, embauchés comme vendeurs de magazines itinérants et traversant un monde fantomatique. Celui d’un pays gigantesque ou l’on peut se perdre et où l’argent reste l'unique monnaie « d’échanges » entre les êtres. Parce que tout s’achète quand il faut vendre pour survivre. Take the money and run.


Le temps d’une fête, d’une danse ou de rituels parfois violents les esprits se libèrent mais les rêves de cette jeunesse écrabouillée restent bridés, comme le sont leurs conversations anémiques, parfois stupides et vides de sens que l'auteur étire jusqu’à l’absurde. Mais le fond est bien là. Dans cette peinture d'êtres entiers mais intérieurement désarmés. Rires et délires finalement attachants puis émouvants, d'enfants ayant grandis en manquant de tout.

 

capture_decran_2017-02-06_a_23.46.21.png

La grande force de cette dérive éclaboussée d’une lumière « divine » repose justement sur cette opposition entre la noirceur de l’état des lieux et la beauté du cadre. Une mise en scène aérienne au montage admirable qui souligne la profonde tendresse du regard de cette réalisatrice qui, à cinquante ans passé, nous offre le film le plus jeune et libre de l'année portée par une B.O électrisante. Un vigoureux retour aux sources du ciné indé, filmé au format carré des premiers temps du 7ème art. Comme une envie de repartir à zéro et retrouver la fraicheur des pionniers du cinoche. Sans trucages ni ajouts numériques avec la seule respiration et transpiration du monde comme vie à l'image.

 

Andrea Arnold filme avec autant d'amour et de poésie qu’un Gus Van Sant, cette triste balade vers nulle part. Un rayon de lumière et une touche d'humanité viennent toujours soigner le sordide de certaines situation. Pris dans les bras de la photographie en or de Robbie Ryan (Fish Tank, Moi, Daniel Blake, Philomena) la solitude de la jeune "Star" semble à l'abri des misères d'un American Dream qui se consume aujourd'hui au coeur de la nuit, dans les flammes des puits de pétrole.

 

024885.jpg

Le visage à la beauté fragile de son actrice principale, reflète cette vision sublimée d’un monde abîmé. Du haut de ses 22 ans, et pour sa première apparition à l'écran, Sasha Lane dévore chaque scène. Par étapes elle trouvera sa place dans ce monde en ruine consolé par la musique, la chaleur des étreintes, une nature et des routes filmées souvent dans la douce lumière du soir.

Rien n'a de sens mais la vérité est dans le mouvement. À l'image de cette danse des origines à laquelle les jeunes s'abandonneront à la fin de cette errance.

Cette jeunesse carbonisée qui n'existe que lorsqu'elle joue avec le feu.

 

- Prove to me your name is Star, and I'll give it to you.
- It was my mom's idea. She said we're all made from stars. From Death Stars.

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

still_american-honey-e1485155040400-1050x714.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

61Dq8920LgL._SL1000_.jpg

 

AMERICAN HONEY

2016

2H40

L'image : Dès la séance VOD la précision et la chaleur des images subjuguent. Belle expérience HD. (Pour moi l'achat Blu-ray va vite s'imposer)

Director:

 

Writer:

 

 
 
 
 
044315.jpg

 



29/06/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi