LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

1941, quand ne pas rire s'avère pénible

Comédie / DRAME                      BLU-RAY flou

Accusé :  STEVEN SPIELBERG

 

 

1941.jpg

 

 

 

 

« 1941, le film maudit de Spielberg ». Voilà une aventure qui se tente.

C’était peut-être une étrange lacune dans ma culture ciné mais aujourd’hui cela restera un moment de cinéma totalement traumatisant.  On parle quand même ici du mec auquel on pense tous les étés dès que l'on se met à nager un peu loin du bord. On cause ici du papa d'Indiana Jones, E.T.  On évoque l'oeuvre d'un mec capable d'enchaîner Jurassic Park et La Liste de Schindler. Le monsieur qui a redonné vie à Tintin et Lincoln. Le gars qui, en une séquence de débarquement totalement terrifiante, a relégué Le Jour le Plus Long au rang de feel-good movie.  

J'ai donc glissé la précieuse galette bleue (achetée à bas prix!) dans mon lecteur. Presque euphorique à l'idée de découvrir mon seul inédit d'un grand pote nommé Steven. Disons plus largement que je me suis confortablement installé pour visionner le fameux, l'incontournable « film maudit » d'un vrai génie du septième art.

Première séquence, une parodie de l’ouverture des Dents de la Mer. La même nana, j'ai bien regardé, va se retrouver agrippée, à poil, au sommet du périscope d’un sous-marin japonais, égaré près des cotes californiennes. La partition sonore évoque directement  le  Pom… pom. Pom…pom. Pompom pompom pompompom popopopopopom popopopo AAAArgh ! Help !popopopopom BLLLLBLLOUB de John Williams. Dans le sous-marin il y a Toshiro Mifune en méchant japonais et Christopher Lee en Nazi. Raconté très vite comme ça, on se dit que ça peut pas être raté. Que c'est forcément drôle et délirant. Ben non. C’est juste poussif et lourdingue. Cheveu dans la soupe, La photographie plus que vaporeuse n’aide pas et le Blu-ray rame sévèrement pour nous convaincre que nous ne sommes pas en train de regarder un DVD.  Pas grave, on se dit que ça va s’arranger.

 

1941_not_bruce.jpg

 

Et ça continue, dans une forme d’hystérie pas drôle du tout. Les acteurs braillent dans tous les sens, se tapent dessus ou se cassent la gueule en balançant des vannes dont je cherche encore aujourd’hui la dimension humoristique. Les filles sont de ravissantes idiotes, souvent nymphos, les personnages masculins sérieusement diminués. Chaque gag tombe systématiquement à plat avec une application assez admirable. Les prises de vues à la Louma se multiplient (c’est le nouveau joujou d’un Spielberg trentenaire et triomphant dont l’ego est alors en pleine éruption) sans qu à aucun moment le montage, totalement erratique, ne parvienne à insufler un semblant de rythme ou de sens à l’ensemble.

Arrive John Belushi dans son avion.

mqdefault.jpg

 

 

Là on se dit, c'est clair, on s'est fait peur mais là cette fois ça y'est, le film va enfin commencer! Parce que si 1941 est considéré comme culte par l’A.C.T (l’association des cinéphiles trépanés), c’est quand même grâce à lui. Le Blues Brother définitif. Mister John Belushi, mesdames et messieurs !   Yeaaaahhhh !

Ha ha ha ha !!!!   Sacré John!!!!!

ha ha ha ....

Hmmm... Sacré... John....

...

L’acteur semble totalement à l’ouest. Peu concerné, voir absent, au milieu de cette pathétique tentative de signer une grande comédie délirante. Le dernier espoir s'évanouit. Il reste une heure et demi à se cogner. Perspective que l'on voit arriver avec la même sérénité que le matelot de vigie du Pequod voyant s'avancer vers lui le doux sillage de Moby Dick.

1941 n’est pas un film maudit. Non. C’est un odieux ratage. Une daube informe. 35 millions de dollars (une sacré somme en 1979) balancés stupidement par les fénêtres. Je suis un grand fan de Spielberg, limite inconditionnel, mais là, je m’arrête. Personne n’est tenu de suivre un génie quand il se lance dans un interminable concours de prout avec une bande potes à l'humour gras et sérieusement avinés. La seule chose qui pourrait offrir un semblant de "culte" à cette comédie pas drôle du tout et monstrueusement laborieuse serait une bande-son de rires enregistrés. Des rires qui surgiraient totalement au hasard. Comme ça. Je ne sais pas. Ça pourrait être super drôle…

 

 

 

 

1941-de-steven-spielberg_5137847.jpg

 

 

 

 

 

 

 

A éviter, donc.

 

 

 

 

125741_front.jpg

 

 

 

 

 

1941

1979

2 très longues heures

 

 

LE BLU-RAY : Un Blu-ray? Quel blu-ray? ah oui, c'est vrai, dès fois, pas souvent, c'est net et détaillé. Mais comme je dormais...

 

 

Director:

 Plus 

Writers:

  (screenplay), (screenplay), 3 more credits »

 

 

 

 

 

19429070_20130626150246319.jpg-c_640_360_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 



04/08/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi