LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

WHIPLASH, that's my tempo !

DRAME                                          BLU-RAY

DAMIEN CHAZELLE

affiche.jpg

 

 

 

 

 

 

Un crescendo qui laisse K.O.

De la première à la dernière note, Damien Chazelle garde le rythme.  Un tempo indiqué dès l'ouverture. Ce jeune auteur et réalisateur connait la musique. Lui-même musicien, son premier film, Guy and Madeline on a park bench, était une déclaration d'amour au Jazz. Une fantaisie au croisement de plusieurs genres. comédie musicale, trip expérimental. Avec Whiplash,  Chazelle reste dans l'univers du Jazz mais développe également le thème de l'obsession de la perfection qui constituait le coeur son travail de scénariste sur le film d'Eugenio Mira Grand Piano.  Ici, cette maladie incite un enseignant charismatique et psychorigide à pousser jusqu'au bord de l'abîme un jeune batteur talentueux. L'ambition du jeune homme : rejoindre la cour des grands. La motivation de l'élève est à la mesure de la pédagogie radicale du professeur. Jusqu'où aller pour repousser ses limites et passer du talent à l'excellence? A quel prix se paye l'ambition d'inscrire son nom dans la légende?

 url1.jpg

 

Incarné par l'épatant Miles Teller ( The Spectacular Now, Projet X), Le personnage d'Andrew ne vend pas son âme au diable mais l'abandonne à celui de Fletcher. Un enseignant tyrannique campé par un J.K Simmons ( Juno, In the Air) totalement habité par son rôle.  Rasé, tout de noir vétu, muscle affuté et oeil du tigre. Immédiatement crédible. Plus proche du sergent instructeur de Full Metal Jacket que du maître de musique de Tous les Matins du Monde. L'acteur étant lui-même un ancien prof de musique, j'imagine qu'il s'est imposé sans mal face à tous les vrais pros que l'on voit jouer à l'écran. Miles Teller, batteur de rock à ses heures perdues, a de son coté, suivi des heures de cours intensifs pour se glisser dignement dans son rôle. Sa prestation est électrisante.

Dans ce joyeux climat de rigueur absolue et de soif de perfection les quelques séquences avec le père du jeune homme ou celles avec sa petite amie apportent un peu d'air à cette quète obsessionnelle. Mais la logique est en route. Une étreinte psychologique addictive nourrie par une mise en scène et un montage au millimètre.  Un récit d'apprentissage sado-maso  tendu comme une corde, appuyé par des cadrages tirés au cordeau et un montage aux raccords chirurgicaux. Seul le velours d'une photographie totalement enveloppante vient caresser l'oeil. Du grand cinéma. Une maitrise formelle et narrative hallucinante pour une partition dégraissée jusqu'à l'os.

clairestbearestreviews_filmreview_whiplash_jksimmons1.jpg

 

Sans temps morts ni la moindre scorie scénaristique voici du travail d'horloger. On pense à Fincher, tout jeune, révolutionnant avec un sens maniaque du détail le serial-polar dans Seven.  Damien Chazelle, jeune prodige avec lequel il faudra désormais compter, accomplit non seulement l'exploit de remettre en avant un jazz trop souvent absent du grand écran, mais nous offre une nouvelle forme de thriller musical.

Un drame sec et intense guidé par un grand chef d'orchestre.

That's my tempo !

 

 

 

 

 

 

whiplash_06430_c55f9e6a-2940-e411-88c5-d4ae527c3b65.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Damien, Miles & J-K

2015011300001729.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sounds and close-ups - Jorge Luengo Ruiz

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 miles-teller-whiplash.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

123420_front.jpg

 

 

 

 

WHIPLASH

2014

1H45

LE BLU-RAY :  Une photographie de velours. Couleurs chaudes et profondes, précision et détails au garde à vous. L'obsession de la perfection joue aussi sur la qualité de ce transfert HD. Un pur régal.

Director:

 
 
 
 whiplash-film-2014.jpg
 


04/12/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi