LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

STEVE JOBS, I play the orchestra

DRAME                                                BLU-RAY

DANNY BOYLE

583613.jpg

 

 

 

 

 

 

 

- Musicians play their instruments. I play the orchestra.

 

Quatorze ans. Trois actes. Trois instants de vie, dans les coulisses de trois lancements de produit. Du Macintosh 128K, en passant par le NEXT Computer jusqu'au premier iMac. Du concept avorté au prototype miracle, la mécanique du succès est enclenchée. Mais l'essentiel est dans le portrait.

Dans les pas de Steve Jobs. L'homme et la légende, sont en marche. La caméra nous entraîne dans les méandres des couloirs et le secret des loges, corps d'un gigantesque opéra en train de prendre forme. Un mouvement quasi-permanent. Danny Boyle insuffle une dynamique sidérante à sa mise en scène, survolant allègrement toutes les contraintes de ces trois huis-clos aux dimensions monumentales. Ce mouvement et cette sensation de spirale vertigineuses se calquent sur la détermination absolue du personnage. En travaillant sur la matière même de l'image, du généreux grain 16mm au flamboyant 35 jusqu'à la rigueur et la froideur de l'image numérique, le réalisateur imprime de manière quasi sensorielle le passage du temps et l'irrépressible évolution technologique qui a transformé notre quotidien depuis les années 80.

Surfant sur un script atomique, composé par Aaron Sorkin, brillant scénariste de The Social Network, Michael Fassbender livre ici une interprétation aux résonances Shakespearienne. Un de ses plus grands rôles depuis Hunger et Shame. Il est l'écrin idéal pour hisser au firmament du jeu cette partition aux lignes de dialogues féroces, incisives, redistribuant sans cesse les cartes et révélant par éclairs les ressorts du génie. Intense, totalement habité par le rôle, l'acteur transcende l'authentique regard de cinéaste que porte  le réalisateur sur ce concepteur de génie. L'homme qui va bouleverser pour toujours la manière dont la majorité des êtres humains vont désormais communiquer et accéder au savoir et à l'information. De son vivant, la concurrence ne fera plus que suivre le mouvement. En ciblant le coeur même du personnage, décor de coulisses se faisant l'écho de son univers intérieur, le scénariste, le réalisateur et son acteur dressent un portrait absolument fascinant de ce visionnaire obstiné. Un portrait sans fards. Comme tout parcours obsessionnel, il  laisse dans son sillage des amitiés brisées, des collaborateurs amers et une enfant perdue.

steve-jobs-de-danny-boyle-avec-michael-fassbender-et-makenzie-moss_5502403.jpg

 

La présence de l'enfant est l'élément par lequel prend vie un ensemble qui aurait pu être totalement fermé, à l'image des circuits conçus par Jobs. Elle incarne ce que l'on ne peut contrôler: la vie. Lisa. Une paternité non désirée que Jobs refusera  d'abord de reconnaître avant qu'elle devienne la muse des inventions à venir et trouve ainsi sa place dans l'univers du créateur. Sa présence est également source du drame qui sous-tend ce film universel. Elle éclaire toute l'humanité du personnage central, révélateur des failles et contradictions de ce père à la fois absent et omnipotent, rappelant à cet incroyable  maitre d'ouvrage qu'il fut lui-même adopté puis rejeté. Un trauma originel fondateur de la personnalité à la fois complexe et opaque de Jobs, sans doute moteur de cette obsession à créer un objet "dont personne ne pourra se passer". 

Autre figure admirable, celle de la collaboratrice de Jobs, Joanna Hoffman. Impériale Kate Winslet, toute d'autorité bienveillante. Colonne vertébrale et ordonnatrice du chaos d'où va émerger et triompher la vision de Jobs. Il faudrait également citer Seth Rogers et Michael Stuhlbarg, fabuleux dans leurs rôles d'ouvriers de la réussite qui resteront au final les grands oubliés de la légende. C'est le tour de force de ce film admirable. Faire entrer l'ombre dans la lumière sans que l'icône ne perde son relief. 

Virtuose.

 

 

 

 

 

Steve+Jobs+Fassbender.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Inside Jobs

 

2462_d003_00018r.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

stevejobs3-0-0.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 61iFUJaqDRL._SL1000_.jpg

 

 

 

 

STEVE JOBS

2015

2H

LE BLU-RAY:   En travaillant sur la matière même de l'image, du généreux grain 16mm au flamboyant 35 jusqu'à la rigueur et la froideur de l'image numérique, le réalisateur imprime de manière quasi sensorielle le passage du temps et l'irrépressible évolution technologique qui a transformé notre quotidien depuis les années 80. Une expérience que ce Blu-ray top démo restitue à la perfection. De la grande HD au service d'un travail d'artiste.

 

Director:

Writers:

(screenplay), (book)

 

 

 

 

 

emmanuel-taieb-steve-jobs-boyle-lisa-chrisann.jpg

 

 

 

 

 

 

Si vous aimez les trajectoires obsessionnelles, vous aimerez peut-être:

 

 

51Zp19wdyjL._AC_US160_.jpg51XtTysRfAL._AC_US160_.jpg512GzOPV43L._AC_US160_.jpg51hVjd94PYL._AC_US160_.jpg
51xVk5V3HXL._AC_US160_.jpg5108zdHugXL._AC_US160_.jpg51HvLDJaCOL._AC_US160_.jpg61NDL5-ITSL._AC_US160_.jpg





27/06/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi