LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

STAR WARS: LE RÉVEIL DE LA FORCE, the Blu-ray !!!

SPACE OPERA                               BLU-RAY

J.J. ABRAMS

148363_front.jpg

 

 

 

Chui content. Ça y est !

On peut rapporter gentiment la Force à la maison !

Le Blu-ray est dispo et le Steelbook est franchement classieux. Une fois la bête lancée sur la platine, visuellement, soyons clair, c'est une tuerie. Un top démo qui donne l'impression d'avoir vu une première fois le film flou en salle avant de le redécouvrir, clinquant, affuté, rayonnant et ivre de couleurs chatoyantes, tranquillement installé dans son canapé. Que c'est beau ! Un transfert HD cinq étoiles ou la texture ciné (merci pour le tournage sur pelloche) resplendit. Ces rouges ! ces bleus profonds ! Ô joie, Ô bonheur. Le doux parfum de la nostalgie dans l'écrin d'un Steelbook à avaler d'un coup, avec son Blu-ray bonus abritant un doc de plus d'une heure sur la genèse et les coulisses de ce nouvel opus. Interviews, visites des archives Star Wars, anecdotes, l'enthousiasme habituel est ici sincère et le travail titanesque accomplit sur la direction artistique nous est partagé et expliqué avec une passion contagieuse. Du grand cinéma réalisé par des pros du divertissement. Émouvantes séquences ou l'équipe des jeunes et des vétérans se retrouvent ensemble pour une première séance de lecture. Belle apparition de John Williams, maître de musique, toujours à la baguette, plus de 35 ans après. Découverte du Faucon Millenium par le jeune John Boyega. Les adieux d'Harrison a Han Solo. Vous l'aurez compris, ce Steelbook est un trésor abritant, du film au making-of (en HD) une certaine idée du bonheur cinéphilique ET rétinien !

Mon verdict reste le même. Oui, la Force s'est bel et bien réveillée. Un torrent de nostalgie dignement libéré.  OUI, j'ai toujours la gorge serrée quand Chewie et Han Solo surgissent dans le Faucon Millenium. A 72 ans, le sourire en coin et l'air désabusé du cow-boy de l'espace de papi Ford font encore des ravages. OUI, les derniers plans constituent un sommet de "Geek-épiphanie" qui m'ont laissé le regard embué. ( Je rappelle qu'il y a quatre mois j'ai quitté la salle heureux mais, comme tous les quadras bien entamés qui m'entouraient, un peu honteux d'avoir eu envie de chialer à la fin d'une histoire se passant "il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine")

Star-Wars-7-Trailer-3-X-Wing-vs-Tie-Fighters.jpg

Les effets spéciaux? ils sont absolument nickels, surtout ramenés à l'échelle de nos écrans, avec tout ce qu'il faut comme vrais décors, maquettes, costumes et maquillages pour installer un climat, de l'épaisseur et une ambiance suffisamment solide pour laisser planer l'émotion en permanence. A aucun moment nous ne basculons dans une réalité virtuelle. Adieu le long spleen neuneu-numérique de la Prélogie.

Les immenses décors de vaisseaux échoués, déjà aperçus dans les bandes-annonces symbolisent bien la volonté de ressusciter le mythe en s'inspirant de l'héritage du passé. Faire du neuf avec du vieux sur les ailes des techniques d'aujourd'hui. Et quel casting! À l'heure ou le côté obscur a bouleversé notre quotidien qu'il est bon de voir revenir dans la lumière Harrison, Mark Hamill et Carrie Fisher. Ce sont les héros de notre enfance revenus nous faire un gros calin et nous chuchoter à l'oreille que l'espoir n'est pas mort et que l'on peut encore rêver. Voilà pour la nostalgie, parce qu'aux cotés des "anciens" il y a des perles. J'insisterai sur la trouvaille du siècle : Daisy Ridley !

daisy-ridley-john-boyega-had-the-best-reactions-to-the-final-star-wars-trailer-video-495005-2.jpg

 

Whouaow !

A 23 ans, cette jeune et adorable inconnue, aperçue dans quelques séries de seconde zone, explose sur grand écran. Un visage juvénile mais le charisme d'une grande! Une vraie, une totale révélation. Aussi touchante en jeune orpheline que top crédible dès qu'il s'agit de prendre les commandes d'un vaisseau, faire un peu de mécanique ou corriger du stormtrooper. Son petit nez qui fronce quand un truc la chagrine est un des plus beaux effets du film. L'antithèse des jeunes endives de la prélogie, en somme.

À ses cotés, John Boyega n'est pas en reste. Sympa et drôle comme tout, il apporte cette touche de coolitude qui sied particulièrement bien aux grandes épopées galactiques. Car, rappelons-le un Space-opéra sans humour est comme dépouillé de tout son sens (ce qui est certes secondaire) mais également de toute son énergie (ce qui est essentiel). Ce jeune acteur, vu dans Attack the block, affiche lui aussi 23 années au compteur et dispose de tous les atouts pour bien grandir dans l'immense saga qui s'annonce.

johnboyega3.jpg

Car, oui, sur la courbe d'un arc narratif très proche de l'épisode originel (nous ne sommes pas loin, en effet,  du remake d'Un Nouvel Espoir) l'épopée légendaire repart, selon moi, sur "de bonnes bases". L'hommage appuyé aux origines du mythe ne m'a donc pas gêné. OUI, il y pas mal de petites choses prévisibles, un rôle un peu trop survolé pour l'excellent Oscar Isaac, un nouveau Vador clairement falot et qui à sérieusement inérêt à s'épaissir et un grand chef des méchants très Seigneur des Anneaux, MAIS,  la noblesse de réalisation et la fluidité du montage assurent à l'ensemble un lustre et un tempo admirables.  Elles sont passé où les deux heures et quart? Les punchlines fusent, les clins d'oeils sont irrésistibles. Bilan : J'ai encore passé, à la revoyure, un putain de bon moment!

Soyons clair, je n'attendais pas le chef-d'oeuvre ultime mais bien une résurrection. Oui l'Empire Contre-Attaque reste aujourd'hui encore mon préféré mais celui-ci a fière allure, il est visuellement tout beau et bourré de charme. La Force s'est donc Awakenée bien comme il faut et sans dérapages majeurs. Merci m'sieur Abrams. Vous m'avez offert le cadeau que j'attendais pour Noël : pouvoir sereinement rêver la suite.  Les étoiles brillent de nouveau au-dessus de nos têtes. Aussi fort que quand j'avais dix ans. Les gars, les filles, pas de doute : We're Home !

 

 

PHOeb282a4a-9523-11e5-973b-3af6a4a432f8-805x453.jpg


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'héritage

 star-wars-7-dure-du-film-650x366.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Star Wars Tribute - Neosuko & White24Room

star-wars-7-jj-abrams-force-awakens-droide.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fan Art

 

 Artiste           Disgorgeapocalypse

 

star_wars_vii__the_force_awakens_alternate_poster_by_disgorgeapocalypse-d881tlu-691x1024.jpg

 

 

 

 

 

 

KodeLogic

 

 

 

 

kode-logic.png

 

 

 

 

 

 

Lazare Gvimradze

 

 

lazare-gvimradze.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rey__bb_8_star_wars_the_force_awakens-HD-1600x900.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l-affiche-de-star-wars-le-reveil-de-la-force.jpg

 

STAR WARS : LE RÉVEIL DE LA FORCE

2015

2H15

 

 

LE BLU-RAY : Le Blu-ray est dispo et le Steelbook est franchement classieux. Une fois la bête lancée sur la platine, visuellement, soyons clair, c'est une tuerie. Un top démo qui donne l'impression d'avoir vu une première fois le film flou en salle avant de le redécouvrir, clinquant, affuté, rayonnant et ivre de couleurs chatoyantes, tranquillement installé dans son canapé. Visuellement, soyons clair, c'est une tuerie. Un top démo qui donne l'impression d'avoir vu une première fois le film flou en salle avant de le redécouvrir, clinquant, affuté, rayonnant et ivre de couleurs chatoyantes, tranquillement installé dans son canapé. Que c'est beau ! Un transfert HD cinq étoiles ou la texture ciné (merci pour le tournage sur pelloche) resplendit. Ces rouges ! ces bleus profonds ! Ô joie, Ô bonheur. Le doux parfum de la nostalgie dans l'écrin d'un Steelbook à avaler d'un coup, avec son Blu-ray bonus abritant un doc de plus d'une heure sur la genèse et les coulisses de ce nouvel opus. Interviews, visites des archives Star Wars, anecdotes, l'enthousiasme habituel est ici sincère et le travail titanesque accomplit sur la direction artistique nous est partagé et expliqué avec une passion contagieuse. Du grand cinéma réalisé par des pros du divertissement. Émouvantes séquences ou l'équipe des jeunes et des vétérans se retrouvent ensemble pour une première séance de lecture. Belle apparition de John Williams, maître de musique, toujours à la baguette, plus de 35 ans après. Découverte du Faucon Millenium par le jeune John Boyega. Les adieux d'Harrison a Han Solo. Vous l'aurez compris, ce Steelbook est un trésor abritant, du film au making-of (en HD) une certaine idée du bonheur cinéphilique ET rétinien !

 

 

Director:

 
 
 
 
 
 John-Boyega.jpg
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez moi un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



23/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi