LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

MAN ON FIRE, le Denzel-polar définitif

THRILLER                                                 BLU-RAY

TONY SCOTT

18393493.jpg

 

 

 

 

 

 

Man on Fire est un brasier.

John Creasy, un Denzel Washington au bout du rouleau, hanté et sévèrement imbibé, reprend goût à la vie en devenant le bodyguard d'une adorable petite princesse campée par Dakota Fanning. C'est un peu le vieil homme et l'enfant mais dans le Mexico des rapts et d'une police corrompue. Quand la fillette est enlevée le film prend feu.

man-on-fire.jpg

Le pitch est simple mais la partition lyrique.

Inspirée d'une histoire vraie, écrite par le mystérieux A.J Quinnel, Man on Fire était déjà un bon petit thriller d'Éli Chouraqui avec Scott Glenn en 1987. Mais 17 ans plus tard,  la folie cinématographique de Tony Scott et la plume du scénariste Brian Helgeland (Mystic River, L.A Confidential) offrent à cette violente marche funèbre les dimensions d'un opéra déjanté totalement sublimé par la "vision parasitée" de son personnage border-line. Une vision noyée par les traumas et l'alcool, prétexte à tout un tas d'expérimentations visuelles et d'effets de montage percutants. La photographie parfois saturée et brulée de Paul Cameron (Collateral, Déjà Vu) mérite tous les éloges.

On peut rester de marbre face à cet aspect "clippé" mais cette manière de filmer a rarement été plus pertinente que dans ce film.  Une frénésie qui alimente en permanence ce sentiment d'urgence, de violence et de danger. D'autant que le coeur de cette oeuvre furieuse reste avant tout l'amitié qui lie la petite fille à son"Creasy Bear". Toute la malice et l'intelligence de la petite Dakota Fanning face à l'impérial et taciturne Denzel. Une alchimie détonante.  La séquence ou Creasy "retrouve le sourire" est d'une justesse et d'une délicatesse à fendre le coeur. Lupita offre à l'ex mercenaire au passé dévasté une nouvelle raison de vivre tandis que son nouveau "nounours Badass" lui apporte toute l'attention que ses parents ne semble pas lui apporter. Man on Fire. Tendresse et violence.

tumblr_mqqkdxi74j1sw8pieo4_1280.jpg

Laminé à sa sortie par une bonne moitié de la critique, Man on Fire figure aujourd'hui dans plusieurs top-ten de prestigieux cinéphiles. Dix ans après, le feu brûle encore et l'on se régale des apparitions savoureuses de Christopher Walken et de la nonchalance intense d'un Mickey Rourke tout juste ressuscité. Coté Blu-ray, c'est du tout bon ! (voir bas de page) Man on Fire fait rugir tes enceintes et débride violemment ton écran HD. Un transfert digne de ce nom pour ce "Denzel Polar" de première main.

La vengeance est un plat qui se mange froid mais voici du cinéma de passionné, excessif, filmé par un ogre ivre d'images et servi bouillant.

 

 

 

 

 

fhd004MOF_Denzel_Washington_008.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thanks Tony...

 man-on-fire-denzel.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       

                                           TONY SCOTT   1944 - 2012

Tony-Scott.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

14094_front.jpg

 

MAN ON FIRE

2004

2H20

LE BLU-RAY :  Un festival !  Couleurs saturées, photographie parfois brulée, piqué à s'arracher la rétine, une matière filmique que seul le Blu-ray est à même de retranscrire. Dans ce domaine ce titre est un top-démo de caractère. Une image faite pour vous muscler la rétine. (La VOD en HD peut garantir le niveau de détail mais lisse quasi-systématiquement les subtilités de telles textures)

Director:

Writers:

(novel), (screenplay)
 
 
 
Man On Fire 5.jpg
 

 



08/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi