LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LOGAN, Impitoyable

SF  ROAD-MOVIE / BLU-RAY

JAMES MANGOLD

logan-noir-blanc.jpg

 

 

 

 

 

 

 

C'est donc en noir et blanc que je me suis retapé avec une joie sans partage ce sombre joyau.

Et c'est bien la puissance expressive de cette photographie des premiers temps du cinéma qui sied le mieux à cette oeuvre sombre et torturée.

 

Cadres somptueux, jeux de l'ombre et de la lumière, aridité du décor et puissance graphique des scènes d'action sont totalement sublimés dans cette version.

Même si la version couleurs laisse aussi s'exprimer le talent du grand directeur photo John Mathieson (Gladiator, Kingdom of Heaven, X-Men le commencement) la version "Noir" , dans les têtes depuis le début de la production, apparait en totale symbiose avec la vision radicale de l'oeuvre.

Le film affiche alors, d'une manière splendide, sa précieuse singularité.

 

Logan.png

 

Vieux, alcoolique, l'Eastwoodien Wolverine de Mister Jackman nous fait ses adieux en renouant avec les fondamentaux du personnage original. La violence n'est plus fun et glamour mais brutale, sèche et animale. S'asseyant sur une partie de son salaire pour permettre à ce bon vieux western crépusculaire de voir le jour, l'acteur se livre ici avec un abandon totalement jouissif. L'incarnation la plus fidèle au personnage depuis 17 ans et sa première entrée en scène dans le X-Men de Bryan Singer. Dans Logan, le style et le look sont fidèlement accordés à ceux du Old Man Logan de l'auteur de comics Mark Millar & Steve McNiven.

 

On retrouve donc notre héros au griffes d'adamantium, chauffeur anonyme, la barbe grisonnante et boiteux, dans un monde désertique où les mutants ont quasiment disparus. Aux côtés de ce néo "Taxi Driver", un professeur Xavier presque liquide lui intimera de conduire sa dernière mission.  Sauver une enfant mutique et bien griffue à la force et à l'agilité ne laissant aucun doute sur sa paternité.

 

logan-and-laura 2.jpg

 

Let's go, alors, pour un road-movie soulevant des nuages de poussières et de sang.

Par son réjouissant refus du compromis (la petite mutante d'à peine onze ans trucide en hurlant et à tour de bras des troupeaux entiers de malfaisants) Logan inscrit un des shows les plus insolites de la grande parade des super-héros au cinoche. Le gros spectacle tout en CGI des lassantes sagas Marvel ou DC cède ici la place au viscéral et au bien trippant qui sue et saigne.

Après les grandes aventures tonitruantes, limite abrutissantes, voici que surgit Logan. Une balade des sans-espoirs filant droit vers son funèbre épilogue. Yep, pas de doute, Logan est un film qui a du coffre et du souffle.

 

Tout au long de cette tranche de cinoche baignée d'une saine colère, le cinéphile sera également bercée par cette rugueuse mélancolie des parias qui habite les plus grands films de Sam Peckinpah. Maître du western. D'ailleurs, respect des classiques oblige, à la racine de cette messe rendue à la figure du justicier solitaire, on trouve également, au coeur de Logan et à la toute fin, une citation directe au fondateur et mythique "Shane, L'homme des vallées perdues" de George Stevens.

 

Bien que je ne puisse pas hurler au chef-d'oeuvre, parce qu'entre une première heure magistrale et un final bien rageur au dernier plan sublime j'ai noté un peu de brioche scénaristique ici et là (j'ai trouvé la vision de la famille idéale  qui héberge les fuyards un poil lourdingue et peu finaude, et je ne me suis emballé plus que ça par les gros méchants du film) c'est bien le trio magique Jackman / Stewart et la toute jeune et saisissante Dafne Keen qui rafle la mise et fini par emporter le gros du morceau.

 

logan-hugh-jackman-noir-et-blanc-logan-noir.jpg

 

Voilà, grâce à la vision purement cinématographique du magnifique artisan qu'est James Mangold ( Copland, Walk The Line) Logan survivra ainsi aux multiplexes et aux distributeurs de pop-corn parce que cette équipée sauvage de 2h15 (un petit quart d'heur de trop?)  offre aussi une féroce déclaration d'amour au meilleurs heures du cinéma de genre. Puissamment classique et élégant dans la forme et le découpage des séquences, courageux et novateur sur le fond, Logan restera. Dans le genre classique instantané, je ne pensais pas revoir film de super-héros plus sombre, trempé dans le réel, dense et malin depuis l'inoxydable Incassable de Shyamalan.

 

Enfin, dernier clin d'oeil, et non des moindres, derrière la haute silhouette cabossée et le visage buriné et fatigué de Logan se réveille aussi le fantôme du William Munny d'Impitoyable. Le chef-d'oeuvre d'Eastwood.

 

Le cinéma d'action américain, dans ses heures les plus noires, a toujours eu le bon goût de délivrer des géants.

Pour notre plus grand bonheur.

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

logan.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fini de jouer !


 

 

 

 

 

 

L'hommage -     Tony Hurtado


 

 

 

 

 

 

 

 

album-cover-large-28903.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 x-men-2000-hugh-jackman-1.jpg

 

 

 

 

 

 

Dispo dans ce sympathique Blu-ray Steelbook

71EKPywqzIL._SL1000_.jpg 

LOGAN

2017

2H15

LE BLU-RAY : Très beau en couleurs, c'est en noir et blanc que Logan affiche toute les splendeurs de sa photographie. Comme un étalonnage absolu de l'atmosphère crépusculaire de ce métrage violent et rageur. Contrastes puissant, niveau de détail orgasmique, tout est en feu. La radicalité du noir et blanc hisse l'oeuvre loin au-dessus des pantalonnades numériques bourratives et fluorescentes qui polluent aujourd'hui le genre.

Director:

Writers:

(story by), (screenplay) | 2 more credits »
 
 
 
 
logan-7.jpg

 

 

 

 

 

Je fais aussi parti de ceux qui ont aimé :

wolgerine_3d.jpg



09/07/2017
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi