LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

LES PREMIERS LES DERNIERS, les âmes simples

POÈME                                                         VOD

BOULI LANNERS

5652fa2e2731e.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

- À la télé, ils ont dit c’est la fin du monde…

- Comment tu t’appelles?
- Jésus

Petites touches d’humour décalé. Elles signent ici et là, et toujours avec élégance, cette envoutante enquète poétique aux allures de conte d'apocalypse.
Mission nébuleuse de chasseurs de prime fatigués, lançés à la recherche d’un portable pour le compte d’une organisation mystérieuse. Quête éperdue d’un simple d’esprit accompagnant amoureusement une ex petite fille aux allumettes à la recherche de sa fille. Et au milieu, un certain Jésus. Étrange messie, un poil déplumé et vieillissant, faisant ce qu’il peut pour venir en aide aux plus désemparés. Ça se passe aujourd’hui ou demain. Ici ou ailleurs.

Peu importe.

50486+vf+fa1.jpg

La sensation de fin du monde hante les landes de ce plat pays étiré jusqu’à l’horizon. Une Beauce aux couleurs fanées sous un ciel plombé. Tableaux instantanément universels somptueusement découpés par un scope westernien et une photographie sublime et acérée. Une ambition plastique de premier ordre qui contraste à merveille avec le minimalisme de l’écriture et l'apparente simplicité des enjeux dramatiques. Il faut dire que Bouli Lanners, scénariste et réalisateur de ce petit bijou parfaitement ciselé mais également du micro road-movie Eldorado, est un de ces précieux cinéastes qui parle doucement au regard. On peut trouver ça chiant mais ce refus de l’intrigue trépidante, cette lenteur bienvenue me console de trop de films frimeurs et tonitruants. Le paysage déroule l'histoire. Nous sommes bien au cinéma.
Esthétiquement l’oeuvre est d'ailleurs une réussite de tous les plans. Dans le genre déprimant c’est absolument magnifique. Une merveille de photographie signée Jean Paul de Zaetidj (déja à l'oeuvre sur Eldorado)

Par de virtuoses références à La Route au Livre d’Eli ou The Rover, le voyage offre visuellement un bel hommage au meilleur du post-apo. Une déclaration d'amour au cinéma de genre et une mise en image qui rend noblesse et beauté à tous ces visages fatigués, marqués par la vie et baignés de silence. Un silence qui règne en maître 1h30 durant. Les quelques lignes de dialogues, drôles, tristes, parfois absurdes, s’égrennent comme autant de suppliques dérisoires sur la scène de ce théâtre de la désolation. Un univers poliment désespéré (on sourit souvent) que n’aurait pas renié Samuel Beckett. C’est En attendant Godot, une pincée d'espoir en plus. Car Les Premiers, Les Derniers est un film qui déborde de tendresse et d'humanité.

les_premiers_les_derniers_suzanneclement_0.jpg

L'ensemble est traversé par des acteurs fabuleux. Un Dupontel Eastwodien,tout en bloc et réserve et un Bouli Lanners aussi massif que fragile. Savoureuses apparitions de Michael Lonsdale et Max von Sydow et j'attribuerais une mention spéciale à Suzanne Clément (Mommy, La Taularde) dont la présence aussi intense que bienveillante éclabousse avec bonheur ce crépuscule. La douceur lasse de son regard incarne toute l’humilité de ce film jamais prétentieux. 

Les premiers les derniers est un poème tranquillement bouleversant. Parabole singulière aux accents bibliques dédiée à la noblesse des âmes simples et des oubliés. Geste des derniers humains dans un monde où les puissants ne sont plus que des marchands et des trafiquants voués à s’entretuer. Une histoire de chevaliers dont notre ultra-moderne moyen-âge a bien besoin.

Avec le ciel comme témoin.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

lespremierslesderniers_tournage_2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

71vRtwUfEdL._SL1000_.jpg

 

 

LES PREMIERS LES DERNIERS

2016

1h35

L'IMAGE :  Découvert en VOD je vais m'empresser de faire l'acquisition en Blu-ray de cette oeuvre inclassable (donc indispensable) compte tenu de cette merveille de photographie signée Jean Paul de Zaetidj (déja à l'oeuvre sur Eldorado)
Clin d'oeil à La Route ou au Livre d'Eli jusqu'à The Rover ce nouveau voyage de Bouli Lanners offre visuellement un bel hommage au meilleur du cinéma de genre post-apo.

Réal:

Scénar:

(screenplay)
 
 
 
129153.jpg

 



28/09/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi