LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

LEAVING LAS VEGAS, Quand Spinaltap insiste sur la nécessité de bien s'hydrater

DRAME                                                     BLU-RAY

MIKE FIGGIS

18463800.jpg

 

C'est quand même un cas, Nicolas Cage.

Le neveu de Coppola aligne une sacrée carrière de schizo. Vous voyez quand Jean-Claude Vandamme fait fièrement le grand écart facial entre deux chaises? Bon il a clairement l'air un peu con mais là n'est pas la question. Le rapport c'est que le Mister Cage, il fait la même chose. Mais avec sa filmographie. Oui, c'est ça: le grand écart cinématographique. Ce type se fout comme de son premier complément capillaire de passer d'un extrême à l'autre en terme de qualité. Non mais visez un peu: ce gars a joué les premiers rôles dans Birdy ET Next. Sailor et Lula ET Ghostrider. Snake eyes ET Bangkok dangerous. Lord of war ET The wicker man. A tombeau ouvert ET… bon ok, ça devient quelque peu pontifiant, tout ça. Saoûlant, même. Tiens justement, à propos de se saoûler : Leaving Las Vegas, petit film fauché sorti en 1995 pour lequel il remporta le seul Oscar de cette carrière… éclectique, fait évidemment partie de la catégorie de ses long-métrages qui méritent le coup d'oeil, et pas que pour Elisabeth Shue.

elisabeth-shue-as-sera-in-leaving-las-vegas-1995-660x425.jpg
Cage y joue Ben, scénariste alcoolique ayant perdu sa famille, son job et sa dignité, vidant son compte en banque pour emménager dans un motel miteux à Las Vegas avec la macabre intention de littéralement se bourrer à mort, estimant préférable d'arrêter de respirer plutôt que d'arrêter de boire. Pendant ce suicide éthylique à petit feux, il rencontre un soir Sera (Elisabeth Shue, donc, belle à croquer), une prostituée aussi paumée que lui avec qui il veut simplement parler, et qui va sérieusement s'attacher au bonhomme. S'attacher au point de nous offrir une histoire d'amour magnifique et désenchantée entre deux abîmés de la vie. Deux âmes à la dérive qui se rejoignent sous les néons d'une ville artificielle, capitale de l'illusion. Et de la désillusion. Illusion d'espoir dans le coeur d'une femme que la solitude a ravagée face à la désillusion d'un homme que le bonheur a également laissé sur le bas-côté, ayant l'ivresse comme dernière compagnie.

 

à-la-une.png

 

Leaving Las Vegas s'inscrit dans la tradition d'un cinéma qui repose en grande partie sur l'interprétation. Et ça tombe bien car elle est magistrale. Le regard d'Elisabeth Shue est bouleversant, renversant, à vous plaquer sur le bitume des trottoirs cramés par le soleil du désert du Nevada. Il transmet avec une intensité inouïe la souffrance qu'éprouve Sera de vouloir être la bouée de sauvetage d'un homme qui a déjà plongé dans l'abîme. Car elle ne joue pas un rôle quand elle est avec lui. Cette femme qui vend son corps lui offre sur un plateau un amour réel. Fulgurant. Jaillissant de ses entrailles comme un geyser de pureté dans un océan d'artifices. D'autant plus que le temps leur est compté et qu'ils le savent. Dans la peau imbibée de Ben, grande carcasse fragile et faciès jaunâtre fendu d'une ironie désespérée, Cage nous serre les tripes et nous donne la sensation de ressentir physiquement l'addiction terrible de ce personnage qui balance avec panache un ultime bras d'honneur à la vie. Son élégance déglinguée évoque un James Stewart barré dans un trip bukowskien. Cet acteur est de la classe des très grands.

Leaving-Las-Vegas-2.jpg

C'est à Mike Figgis que revient le privilège d'adapter le roman autobiographique de John O'Brien, qui se suicidera deux semaines après avoir vendu ses droits. Le réalisateur, au son d'une musique jazz atmosphérique qu'il a lui-même composée et de la voix de Sting qui se pose sur quelques titres, capte "sobrement" l'alchimie parfaite entre les deux interprètes. Il immortalise en longue focale l'image de ce couple superbe marchant dans la nuit et se détachant sur les éclairages flous d'une ville qui ne dort jamais, tel un instantané mythologique d'un certain cinéma indé US qu'on aime. Et puis il y a cette scène au bord de la piscine du motel, d'un érotisme dingue, un pur instant de grâce nimbée d'accords bluesy où la lumière apparaît entre deux existences sombres. Les rayons du soleil déclinant traversent la bouteille de whisky que Sera verse suavement dans sa bouche et sur son buste puis viennent baigner d'un halo d'espoir leurs baisers passionnés aux accents de malt, magnifiés par un cadrage en contre-plongée... Jusqu'à ce que la cruelle réalité ressurgisse, pathétique chute dans un fracas de verre.

Dommage que le transfert HD soit déplorable, la définition de l'image ressemblant davantage à un DVD qu'à un blu-ray. Une vraie remasterisation serait plus que souhaitable pour ce petit bijou de romantisme noir. Récit âpre d'une relation crépusculaire entre deux êtres qui s'engagent dans une voie sans issue. Mais au fond peu importe. Seul compte ce tout petit bout de chemin parcouru à deux et parsemé de quelques instants de bonheur.

Un tout petit bout de chemin dans un immense désert.

 

 

 

 

 

Spinaltap,

 

 

 

leaving-las-vegas.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Filming Las Vegas...

 0001214_5.jpg

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

L'avis des membres!

 

Francisco :

" Je viens de le revoir (grâce à ta belle chronique, Spiny) J'en suis de nouveau sorti extatique. Figgis a quand même accomplit là un prodige. Une histoire d'amour éclatante entre deux êtres brisés. Une bouffée de tendresse dans un monde sans âme. De la magie pure sur le terreau le plus sordide. L'élégance jusqu'au bout de la dépravation. Une descente au fond du gouffre qui au final vous fait croire en la vie. Leaving Las Vegas en embrassant royalement tous ces paradoxes s'impose pour moi comme une oeuvre essentielle. Un chant ivre d'amour porté par une Elisabeth Shue irrésistible, offrant toute l'humanité de son regard à son personnage sublime et fragile, et un Nicolas Cage totalement électrisant jusqu'au terme de sa bouleversante agonie. Immense film. Pour ceux qui, dans notre époque minuscule, croient toujours en l'amour-jusqu-au-bout ( le seul, le vrai) c'est un must-have."

 

 

 

 

 leavinglasvegas.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

51p2KDsOUuL.jpg

 

 

 

LEAVING LAS VEGAS

1995

1H50

 

LE BLU-RAY :   Transfert HD pépère. J'avais été plus virulent sur la première publication mais revisionné sur un écran de grande diagonale l'écart du transfert Blu-ray Studio Canal avec mon ancien DVD est évidente. Pour les fans l'achat est donc obligatoire; Contours nets, contrastes et couleurs plus soutenues. Visionné avec du digital clean view pour atténuer le bruit dans l'image le résultat est correct et cinoche mais une vraie remastérisation en profondeur serait plus que souhaitable pour ce petit bijou de romantisme noir. (Même si la photographie d'origine n'est pas censé piquer les yeux)

Director:

Writers:

(novel), (screenplay)
 
 
Leaving Las Vegas.png
 
 
 
 
 
 
 
 

Si vous aimez le drame viscéral vous apprécierez peut-être:

51FG4QRMDtL._AC_US160_.jpg41Z0rua-UAL._AC_US160_.jpg51UJnCmD8SL._AC_US160_.jpg51qE0fl-mzL._AC_US160_.jpg


25/01/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi