LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

JEREMIAH JOHNSON, into the wild !

WESTERN / DRAME                             BLU-RAY

SYDNEY POLLACK

 Jeremiah_Johnson.jpg


 

 

 

 

C'est vieux, oui. Mais c'est beau et c'est culte.

35 ans avant Into The Wild de Sean Penn, le réalisateur Sydney Pollack embarquait Redford loin des plateaux, vers les plus hauts sommets. Sur les ailes d'un scénario respirant le grand air :  "Jeremiah Johnson fuit la civilisation et rejoint la nature sauvage". Un parcours directement inspiré de la vie du mountain-man John Johnson, surnommé "le mangeur de foie"(Une expression qui chez les indiens indique qu'un homme à mené sa vengeance à terme) célèbre trappeur du Wyoming  qui combattit un quart de siècle durant les guerriers de la tribu des Corbeaux, responsables de l'assassinat de sa femme. Une jeune indienne de la tribu des Têtes-Plates.  Après 25 ans d'affrontements, les corbeaux firent la paix avec Johnson qu'ils considérèrent alors comme "un frère"...

Du viscéral, de la survie en milieu hostile, du guerrier et de l'initiatique. De quoi accoucher d'un très grand film.  On comprend facilement qu'en découvrant cette incroyable histoire, un des plus beaux contes de l'Ouest sauvage du 19ème siècle, Sydney Pollack et son acteur fétiche se lancèrent dans l'aventure toutes barbes dehors. Ensemble, ils signèrent un film légendaire. Une expérience qui fut d'ailleurs à l'origine de l'engagement de l'acteur à sauvegarder et protéger les derniers espaces sauvages.

 

5967_5.jpg

Comme  dans l'oeuvre de Sean Penn la nature est somptueuse mais impitoyable. Même si l'univers des Montagnes Rocheuses a rarement été aussi bien filmée, la vision de Pollack  n'a rien d'élégiaque. Le spectacle est splendide mais la fable est rude et sans concessions.

Au scénario, Edward Anhakt (Le bal des maudits) et John Milius ( Apocalyse Now, Conan le barbare) Tous deux ont construit leur récit sur la base des écrits de Robert Bunker et Raymond W.Thorp, auteurs de la biographie originelle du légendaire "mangeur de foie". Tous les aspects de la vie en pleine nature y sont évoqués. Dureté du climat, violence et et hostilité du milieu. L'intrigue est simple, les dialogues rares. Une communication réduite à l'essentiel dans un film ou la paysage garde le pouvoir et la parole. La douceur est fugace et l'amour fragile dans ce monde ou la seule loi est de survivre. Séquence terrible ou Jeremiah rencontre une femme ayant survécu au massacre de sa famille.  Pour le "retour à la nature qui ferait le bonheur de l'homme"on repassera. Cette face noire de l'oeuvre, ainsi que la sauvagerie des combats contre les guerriers "Corbeaux", ont définitivement assis la la puissance et souffle épique de ce solide morceau de cinéma.

A ce soucis d'authenticité  s'ajoute la prestation éblouissante de Robert.  Totalement investi par son rôle et assurant, par son charisme naturel  et un physique, reconnaissons le, beaucoup plus avantageux que son prénom, l'aura mythologique de "son" Jeremiah Johnson. Bref, cette conjugaison de talents a permit de sublimer totalement la légende d'origine pour faire du film lui-même un mythe. En effet, nombreux sont les Montain-men d'aujourd'hui ayant, sur leurs étagères en bois de chêne, une bonne vieille cassette VHS de ce film"légendaire". Hymne rude et passionné au monde sauvage. 

 

jeremiah-johnson-redford.jpg

 

Le transfert Blu-Ray est à la hauteur. Il ressuscite couleurs et contrastes et le niveau de détail offre un confort visuel inédit. Du beau travail.  N'hésitez pas à faire ou refaire le voyage!

 

 

 

 

jjas-myth.jpg

 

 

 

 

 

 

 Trailer d'époque!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'équipée sauvage

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Pollack & Jeremiah

 

 

 

 redford-pollack-jeremiah_opt.jpg

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

jeremiah-johnson.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

39116_front.jpg

 

 

 

 

JEREMIAH JOHNSON

1972

1H50

LE BLU-RAY : On oublie les deux premiers plans du générique puis on se régale. Une magnifique restauration. Respect de la patine argentique, des couleurs et des contrastes totalement ressuscitées et un niveau de détail enfin à la hauteur du spectacle même si l'image reste douce. Une vraie redécouverte!

Director:

Writers:

(novel), (story), 4 more credits »
 
 
 
 
 
john-milius-jeremiah-johnson.jpg
 
 
 
 
 

 

Si vous aimez les mecs dans la nature qui en bavent, vous aimerez peut-être :

 

51HiINuhPlL._AC_US160_.jpg51RdKPNfeoL._AC_US160_.jpg61ZPWOLSfeL._AC_US160_.jpg51JtEce82RL._AC_US160_.jpg


04/07/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi