LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

JAUJA, Lost in La Pampa

SONGE                                               BLU-RAY

LISANDRO ALONSO

Jauja.jpg

 

 

 

 

 

Jauja n'est pas un film d'auteur mais l'oeuvre d'un poète.

Je suis entré sans trop de peine dans cette rêverie du cinéaste argentin Lisandro Alonso. Au coeur d'une Patagonie fantasmatique. Dans la culture sud-américaine la frontière entre rêve et réalité est souvent poreuse. Des oeuvre littéraires de Jorge Luis Borges et Mario Vargas Llosa aux films de Raul Ruiz, le temps et l'espace s'ouvrent sur de vertigineux labyrinthes. Il n'y a pas de leçon là où le sens se perd. Dans Jauja la lumière et les silences, l'attente et l'absence, règnent ici sur tous les discours.  Les dialogues sont vains et ceux qui les prononcent semblent ne plus y croire. Les personnages évoluent dans le cadre comme des figurines. Des ombres ou des fantômes solitaires.

Une fugue radicale mais envoûtante pour qui aspire à  se retrouver perdu. Une expérience toujours régénérante dans la vie d'un cinévore, Tant d'oeuvres visionnées, parfois brillantes mais trop souvent prévisibles. Sur l'histoire d'un père parti sur les traces de sa fille "prisonnière du désert" le réalisateur coupera tous les ponts avec le propos de départ pour dissoudre son personnage principal et déjouer toutes les attentes du spectateur. Joué avec un total abandon par le magnétique acteur-peintre et poète Viggo Mortensen, ce capitaine, plus seul encore que Don Quichotte, traverse le paysage, semble un instant toucher au but avant de s'égarer totalement.

 

jauja-1.jpg

 

Mais Jauja n'est pas le genre d'oeuvre à conseiller avec insistance tant la traque dans laquelle se lance le personnage est destinée à l'échec. Figée dans des plans-séquence le plus souvent fixes, l'action devient vite dérisoire et se déroule sans gloire ni démonstration d'héroisme. Voir ce film classé dans la catégorie western est non-sens absolu. Soyons clair, il ne se passe presque rien dans Jauja. C'est l'histoire d'un homme vide à qui l'on retire sa dernière raison de vivre. Un "petit soldat de plomb" condamné à se perdre dans l'immensité de la nature. Seulement voilà, il y a du génie dans Jauja. Loin de la posture confortable d'un "cinéma de l'errance"la déconstruction du personnage comme du récit s'achèvera dans un dernier acte fabuleux. Une incroyable remise en perspective spatiale et temporelle défiant toute les lois de la logique. Ouvrant alors ce poème à une multitude d'interprétations. Cette audace est le propre d'un cinéma en liberté.

Filmé au format 1:33, comme les premiers films de l'histoire du cinéma, la splendeur de la photographie offre quelques tableaux mémorables comme une magnifique nuit étoilée et un final totalement féérique. Le cadre comme le jeu des acteurs et leur position dans l'espace évoquent directement les grandes heures du cinéma muet et les premières mise en scène frontales. Une dimension presque théâtrale. La mélancolie du propos et ce minimalisme gracieux en forme d'hommage aux origines du septième art m'ont fait penser au cinéma de Wes Anderson. Cinéphiles aventuriers et rêveurs patients, n'hésitez pas à découvrir Jauja. C'est parfois chiant, mais toujours beau, étrange, et au final suffisamment fascinant et mystérieux pour être revu. Lisandro Alonso a fait "son" film. Un geste artistique aujourd'hui réconfortant et nourrissant.

La magie du travail de l'artisan façonnant une pièce unique.

 

 

 

 

Jauja4.jpg

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 363491.jpg

 

 

 

 

 

 

 

71bLlilct4L._SL1500_.jpg

 

 

 

 

 

JAUJA

2014

1H45

LE BLU-RAY : Difficile d'encaisser le choix du format carré dans de tels paysages tant le soin apporté à chaque plan soigne tous les détails. Couleurs, lumières d'aubes, de soirs et de nuits étoilées ravissent l'oeil dans ce modèle de transfert HD. Un Top démo du cinéma d'auteur.

Director:

 
 
 
 
keHob3l.png
 
 
 
 
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez moi un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



11/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi