LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

HAPPINESS THERAPY, love is in the bipolaire

FEEL-GOOD MOVIE                             BLU-RAY

DAVID O. RUSSELL

20302958.jpg

 

 

 

 

 

 

C'est marrant mais la première fois que j'ai vu ce truc, je suis passé bien à côté.

Mais vraiment.

- Ouaiiis, c'est un petit feel-good movie sympa. Mais bon...
Trois ans plus tard, la revoyure m'a filé une pêche pas possible. Parce que c'est formidablement joué et que le coeur de ce film bat beaucoup plus fort que dans la plupart des feel-good movies. Il bat même un peu de travers et suis une ligne beaucoup plus cahotique que dans ces sages et délicieusement prévisibles récits de rédemption que le ciné américain affute souvent avec talent. C'est peut-être ce côté branque, décalé et peut-être un chouille inconfortable qui peut favoriser la passage-à-côté de ce film.  Soulignons aussi qu'il est assez ardu de pondre une oeuvre un poil drôle et sexy sur la maladie mentale. David O. Russell y parvient grâce à un script en or massif et une bande d'acteurs au top.

C'est d'ailleurs à partir de ce film que la famille " Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro" va se constituer. Des fidèles  (on peut rajouter Christian Bale) que le cinéaste rappelle de films en films, à la manière d'un Cassavetes. La parenté avec Cassavetes apparait aussi sur le fond. Comme chez ce pape du cinéma indé des années 70, le réal de Fighter et Joy aime les personnages gouvernés par leurs émotions. Le récit trempe dans la folie douce. Dinguerie ordinaire de familles dysfonctionnelles. Et quand on accepte de se laisser bousculer et brailler dans les oreilles, un profond sentiment d'empathie nous gagne. Ces gens parfois agaçants, excessifs, égoistes mais vivants et fragiles nous ressemblent. On pourrait parler de feel good movie naturaliste. Happy Days revisité par un Ken Loach un brin farceur.

 

20343474.JPG

Pour se constituer une famille de cinoche il faut être un une grand directeur d'acteurs. C'est peut-être le point le plus fort de David O.Russell. Pat est bipolaire et le fragile équilibre qu'il tente de maintenir dans son esprit à sa sortie de l'hôpital est palpable à chaque instant.  Sans jamais en rajouter ni chercher à rendre son personnage sympathique Bradley Cooper compose son personnage d'une manière impériale.. Le regard toujours au bord du point de rupture. C'est sa détermination qui bouleverse. Celle de retrouver sa vie d'avant. Une quête pathétique et illusoire, vouée à l'échec. Impossible projet de vie qui mine aussi celle de ses parents (En une séquence et une simple larme, Robert De Niro vous rappellera qui est le patron)

Tout serait parfaitement en place pour une tragédie mais voici que surgit l'épatant personnage de Tiffany. Jennifer Lawrence est ce qui est arrivé de mieux au cinoche américain depuis Meryl Streep. Elle vous séduira sans peine dans le rôle de cette jeune femme un peu braque et lost in space qui elle aussi doit faire le deuil de sa vie d'avant. Une femme pleine de vie qui va filer une claque salutaire à l'âme égarée de notre bon vieux Pat.

Moins plus moins donne plus. Et c'est  sur ce champs de ruine où deux coeurs cabossés, aux amours perdus, tentent de s'épauler que David O.Russell, réal et scénariste, va édifier cette déglinguée et vibrante histoire d'amour. Un conte de fée déviant ou deux solitudes abîmées et sous médocs vont réapprendre ensemble à chorégraphier leur vie. Le bal princier sera ici un concours de danse où explosera leur amour. Une danse imprévisible à la B.O bipolaire, hors les clous, mais qui leur ressemble tellement. Pas de quoi emballer un jury verouillé sur les codes de la danse de salon, mais assurément de quoi redonner une mélodie et un rythme à ces deux existences privées de métronome.

Drôle,  émouvant, douloureux et vigoureusement optimiste, Happiness est un très grand film.

 

 

 

 

20312111.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Band of brothers

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

61MZnss9L0L._SL1000_.jpg

 

HAPPINESS THERAPY

2012

2H

LE BLU-RAY : Ardent défenseur du bon vieux 35mm, O. Russell réveille la matière et le grain d'image de ces seventies qu'il idolâtre. Tout ce naturel est royalement gérés sur ce tranfert blu-ray aux petits oignons. Du détail et des couleurs profondes servent au mieux cette photographie automnale signée Masanobu Takayanagi (Le territoire des loups, Warrior, Spotlight). Un rendu image qui rassure sur l'importance de se constituer une Blu-raythèque, même à l'heure du téléchargement et de la VOD. (Deux modes utiles et économiques mais lissant les métrages et incapables de restituer toute la subtilité du travail photographique.)

Director:

Writers:

(screenplay), (novel)
 
 
 
 
hero_EB20121114REVIEWS121119992AR.jpg
 
 


18/09/2016
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi