LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

HANNIBAL - SÉRIE, La Beauté du diable

Saisons 1, 2 & 3                                NBC / BLU-RAY

CRÉATEUR   BRYAN FULLER

Hannibal-Poster-Saison1-22.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour spectateurs avertis uniquement.

Fascinant. Terrifiant. L'impossible traque d'un serial Killer aussi pervers et manipulateur que séduisant et raffiné. Psychologiquement insondable et d'une violence sans limites.

Hannibal Lecter. Figure diabolique et  mythe increvable né sous la plume de Thomas Harris. Immortalisé par Jonathan Demme dans le cultissime Silence des Agneaux, Chef d'oeuvre du serial thriller qu'aucune des suites ne parvint à égaler. L'idée d'une déclinaison en série avait tout pour accoucher d'un grossière pantalonnade. Le résultat a effacé rapidement toutes mes craintes avant de dépasser mes espérances.

 

 tumblr_mlqc8xrJGn1rvs9wso1_1280-1.jpg

 

Premier point : Hannibal est d'abord une flamboyante réussite esthétique . Tableaux somptueux et horrifiques d'un opéra macabre résonnant haut et fort sur les territoires du fantastique. Les scènes de crime prennent la forme d' oeuvres symbolistes, expressionnistes, où les gerbes de sang tracent des figures à la Jackson Pollock. Le grain de l'image et l'extraordinaire sensibilité de la captation HD (L'Arri Alexa Plus) éclatent en Blu-ray.Mise en scène et photographie stupéfiantes de beauté pour une production télé. Le virage semble définitif. Vieilles recettes et superproductions anémiques sur grand écran. Originalité, innovation et exploration de nouvelles formes sur petit écran. Le cinéma américain vit bel et bien sa révolution à la télévision.

 

hannibal-ko-no-mono.JPG

 

Coté distribution, le charismatique Mads Mikkelsen (Valhalla Rising, La Chasse)  assume sans peine l'héritage d'Anthony Hopkins. Hugh Dancy (La chute du Faucon Noir, Le Roi Arthur), intense et bouleversant embrasse royalement toutes les facettes du profiler Will Graham.tandis qu'un puissant  Laurence Fishburne (Matrix, Boyz in the Hood) impose en Jack Crawford une présence solide et rassurante au coeur de  cet enfer.

Après une première saison "relativement" traditionnelle,  le spectacle plonge dans les abysses à partir de la saison 2 pour entrer de plein pied dans le surnaturel. Débarrassé de la contrainte réaliste l'univers d'Hannibal est alors à l'image de sa figure principale.  L'horreur règne et contamine l'ensemble des personnages et du spectacle. Hannibal hante progressivement la totalité du récit. Un processus visuel et scénaristique proche de l'envoûtement. Les âmes sensibles  décrocheront peut-être mais le cinéphile exigeant et endurci s'abandonnera, terrifié mais heureux,  aux sortilèges du psychiatre cannibale. Ouverte à toutes les audaces, se jouant des limites, et assumant le nihilisme éclairé du propos en épousant le regard du docteur Lecter, Hannibal prend aujourd'hui son envol vers les plus haut sommets des séries US.

Vient la troisième ( et dernière?) saison.

 

ob_bb7236_1.jpg

 

Un moment de télévision stupéfiant. Celui du bouquet final.

Une première partie résolument gothique, qui évoquerait presque le Dracula de Coppola. Un adieu sous le signe de tous les excès, entre loufoquerie macabre et baroque Rococo. Un opéra sanglant situé au coeur de Florence, puis brusquement la série bifurque pour offrir une deuxième partie en forme de saison 4.

À partir du huitième épisode, j'ai ainsi assisté, béat d'admiration, à l'adaptation la plus saisissante de Dragon Rouge jamais produite. Un petit cran, même, au-dessus de la version pourtant magistrale de Michael Mann (Manhunter- Le Sixième Sens) tournée trente ans auparavant. Ces six derniers épisodes constituent pour moi la meilleure partie de toute la série, tant l'incarnation du tueur en série Francis Dolarhyde est littéralement transcendée par l'interprétation terrifiante que nous  offre Richard Armitage. Une performance monumentale qui éclipserait presque celle de notre bon vieux Mads.

 

rcbdatsp3kIgU766kahHbauCO1Q.jpg

 

Cet adieu au monde d'Hannibal et son final aussi délirant que terrassant m'a abandonné ivre et sans voix. La preuve, je chronique, mais très vite. Parce qu'il faut vraiment voir ce truc de dingue pour comprendre combien l'univers riche et foisonnant des séries vient de planter un nouveau clou dans le cercueil du cinéma. Même avorté, peu satisfaisante en terme d'audience (difficile d'attirer un large public avec un univers aussi déroutant qu'éprouvant) cette grande et courageuse leçon de liberté télévisuelle a de quoi effrayer tous les tâcherons qui polluent le septième art, tant l'écriture, la direction artistique et la densité des personnages et le jeu des acteurs confinent au sublime.

Spectacle glaçant mais totalement fascinant que celui du serial-killer définitif. Figure du mal absolu. Sondant les âmes. Se nourrissant de leur peur. Aussi effrayant que séduisant. Un être maléfique, vivant son inhumanité comme une libération. Monstre tout-puissant évoluant selon ses propres codes, par-delà le bien et le mal.

 

 

 

 

 

o-HANNIBAL-NBC-facebook.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

Devenir Hannibal

 

 

 

 

ustv_hannibal-finale.jpg

 

 

 

 

 

 

               

 

 

 

 

 

 

 

 

 

critique-Hannibal.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

71WlG2fcGwL._SL1426_.jpg

 

 

 

 

 

HANNIBAL  saisons 1, 2, 3

(2013 - 2015)

 

Le Blu-ray :  Le grain de l'image et l'extraordinaire sensibilité de la captation HD éclatent en Blu-ray.  De jour comme de nuit, les images demeurent d'une beauté stupéfiante.

Creator:

 
 
 
il_fullxfull.591160214_b5d4.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 

Si traquer le mal en série ne vous fout pas les jetons, vous aimerez peut-être:

6123IjZcfjL._AC_US160_.jpg51JbkOr2o7L._AC_US160_.jpg619zqXWDbJL._AC_US160_.jpg



26/05/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi