LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

FAT CITY, back in Huston

DRAME                                         BLU-RAY

JOHN HUSTON

xRjvUQqqMUACGre1IVJJwip8WVd.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Stockton, Californie. 

Une ville ou les pelleteuses rasent à chaque coin de rue les vestiges du passé. Chronique de la loose ordinaire.  Parcours plombés d'avance mais racontés avec tendresse.

Fat City. Un des plus beaux films sur la boxe aujourd'hui sorti de l'oubli et soigneusement restauré. Une oeuvre rude et mélancolique à coté de laquelle  le premier Rocky ressemble à un spot publicitaire tonitruant. Stacy Keach dans le rôle de Tully,  ex-pro, cassé, esseulé mais prét à reprendre les gants, m'a fait penser à Patrick Dewaere. Quant à Jeff bridges, 22 ans à l"époque du tournage,  il affiche déjà une belle décontraction en graine de champion. Autour d'eux une galerie d''acteurs amateurs mais tous vrais boxeurs. Ce casting "sur le vif" confère à l'ensemble le charme et ce parfum d'authenticité nécessaire pour emballer proprement cette balade des sans-espoirs. 

 

fetter_fatcity_thumb.jpg

Tourné en décor naturels, Fat City, 42 ans après, offre "l'instantané" d'une ville dont il ne reste plus aujourd'hui que le club de boxe qui servit de lieu de tournage. Réalisé par un géant du cinéma lui-même ancien boxeur,  Fat City est un de mes favoris de Huston (après Gens de Dublin, Au dessous du Volcan et Reflets dans un oeil d'or) par la justesse de chaque scène et l'impériale sobriété de sa mise en scène.

Portés par des acteurs fabuleux, ces  oubliés du rêve américain s'imposent dans toute leur humanité. Chaque ligne de dialogue est un régal et la direction d'acteur vous emmène au Valhalla de l'interprétation. Magnifiques personnage, prêts à en prendre plein la figure pour rêver de gloire et échapper un moment à  la misère et l'ennui dans une ville sans avenir. Un univers d'hommes fatigués, brisés mais tenus par une profonde loyauté les uns envers les autres. Seules présences féminines, une fille n'aspirant qu'à se marier le plus rapidement possible et une alcoolique à la dérive magnifiquement interprétée par Susan Tyrrell. Spleen, crasse, picole,chambres minables,  bars, salles enfumées et combats de boxeurs usés composent cette  balade déchirante qui s'achève d'une manière simple et... sublime.

 

fat-city.png

 

Les éditions WildSide nous gâtent avec cette perle du cinéma Américain des glorieuses seventies. Pour remonter avec grâce sur le ring, voici un Blu-Ray affichant une belle patine argentique. Film a micro-buget-équipe légère le célèbre directeur photo Conrad Hall ( Les sentiers de la perdition, Luke la main froide, Marathon Man) n'a travaillé qu'en lumière naturelle. L'image est donc conforme aux conditions de tournage. Douce, aux teintes délicates, sans piqué et faiblement contrastée mais stable et parfaitement nettoyée. Sensation HD discrète mais confortable à l'oeil... Un disque à l'image du film.  Sans frime ni cliquant mais à l' âme profonde. Pas de bonus mais dans ce somptueux coffret un bouquin de Samuel Blumenfeld truffé de photos magnifiques et d'anecdotes  passionnantes

Achat incontournable pour les amoureux du seul vrai cinéma-vérité.

 

 

 

 

 

 

fc9.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

                      

                 Un extrait de la version restaurée mis en ligne par WildSide

 

 

 

 

 

 

 

 

Making Fat City

 

 

 

 

Fat-City-Huston.jpg

 

 

 

 

 

 

                          Entretien avec John Huston. Un document précieux offert sur le net par Eyes On Cinema

 

 

 

 

 

 

108719_front.jpg

 

 

 

 

FAT-CITY-scenographie.jpg

 

 

 

 

FAT CITY

1972

1H40

 

 

LE BLU-RAY :     Belle patine argentique. Image douce, aux teintes délicates, sans piqué et faiblement contrastée mais stable et parfaitement nettoyée. Sensation HD discrète mais confortable à l'oeil...  Un disque à l'image du film.  Sans frime ni clinquant mais à l' âme profonde.

 

Director:

 

Writers:

  (screenplay), (novel)
 
 

 

 

 
 
 fat-city-john-huston-1972-L-EsTHEp.png
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



15/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi