LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

EX MACHINA, et le cinéma créa Ava

SF / DRAME                                              BLU-RAY

ALEX GARLAND

Ex_Machina.jpg

 

 

 

 

 

 

 - It is what it is... It's Promethean man. 

 

Quand l'intelligence artificielle accèdera à la conscience... Avec un budget dix fois inférieur aux récents blockbusters traitant du même sujet ( Avengers 2, Transcendance) Ex Machina, dans un huis-clos hypnotique et suffocant, offre une vraie proposition de SF qui pense. A des années-lumières de la pyrotechnie habituelle. C'est le regard d'un vrai cinéaste qui ordonne l'univers fascinant d'un informaticien de génie, vivant en ermite dans un labo high-tech niché au coeur d'une nature des origines.

Une architecture et un décor qui ramène le spectateur à l'essentiel. Épure idéale pour ce récit qui interroge l'homme et son aspiration à se prendre pour Dieu. 

 

Ex-Machina-Isaac-Gleeson.jpg

 

Le sens du cadre, l'équilibre du montage et la musique diffuse et envoûtante de Geoff Barrow, contribuent à accoucher d'un petit miracle. La sensation pour le spectateur d'assister pour la première fois à la naissance d'un robot doué d'intelligence.

Et  pourtant l'histoire du cinéma regorge de grandes oeuvres sur le sujet, du Metropolis de Fritz Lang à l'A.I de Spielberg en passant par 2001 ou Blade Runner. Le scénariste de 28 Jours plus tard, Sunshine et Never let me go a écrit et réalisé ici un premier film totalement maitrisé.

 

Dans le rôle de ce "Prométhée" de l'ère Facebook et Google, Oscar Isaac.

Magnétique à souhait dans l'interprétation du milliardaire Nathan. Digne descendant du titan des origines façonnant l'homme en mélangeant l'eau à la terre, ce néo docteur Frankenstein a donné la vie à une créature totalement envoûtante, loin de l'apparence effrayante du monstre créé Mary Shelley. La flamboyance romantique du récit gothique d'un monstre ramené à la vie dans un éclair de foudre cède la place ici à la froideur techno-numérique de notre monde ou la science triomphante finit par nous éloigner de ce qui fait notre humanité. Une faillite nous préparant inexorablement à l'avènement des machines.

Habillée par un design fabuleux, la femme robot profite de l'interprétation fantastique d'Alicia Vikander. Actrice au visage d'ange et au port de danseuse. Ses expressions, sa silhouette et sa manière de se mouvoir sublîment totalement la création d'Alex Garland. Une figure cinématographique immédiatement culte, motif troublant d'une réflexion passionnante sur l'humain et la conscience.

Un songe philosophique à l'atmosphère captivante.

Évoquons alors la locution latine à laquelle se réfère le titre du film : "Deus ex machina", littéralement "dieu issu de la machine". Un mécanisme narratif issu du théâtre antique grec. L'apparition d'une figure divine résolvant une situation désespérée...

Dans ce cadre, la première apparition d'Ava annonce les bouleversements à venir et délivre alors une authentique et profonde émotion.

 

ex-machina-critique.jpg

 

Le personnage de Caleb, jeune programmateur informatique invité à pousser la porte de l'antre du créateur, est un jeune geek solitaire et sensible. C'est lui qui a pour mission de déterminer l'humanité de la machine.

L'ensemble du récit se déroule comme un éveil à la conscience en suivant les étapes du test de Turin.  Un système de dialogue avec la machine pour déterminer si oui ou non l'intelligence artificielle dispose d'une conscience qui lui est propre.

Dans cet univers où le visiteur-témoin est sans cesse ramené à sa propre solitude, ou le créateur est un être manipulateur, noyant son spleen dans l'alcool, l'intelligence artificielle semble alors combler un vide abyssal.

L'avenir le confirmera, Ex Machina est bien une oeuvre prophétique.

 

- One day the AIs are going to look back on us the same way we look at fossil skeletons on the plains of Africa. An upright ape living in dust with crude language and tools, all set for extinction. 

 

Une date dans l'histoire de la SF.

 

 

 

 Francisco, 

 

 

Ex-Machina-Download-Wallpapers.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Garland créa Ava

Alex-Garland-Ex-Machina.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EX+MACHINA+pict3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

135541_front.jpg

 

 

 

 

 

EX MACHINA

2015

1H45

LE BLU-RAY :   C'est magnifique. HD d'une grande subtilité. Alex Garland et son directeur photo Rob Hardy ont opté pour une image à la précision redoutable mais sans le lisse de l'image numérique. L''image offre ici une vraie matière, un velouté d'une grande élégance. Le couleurs chaudes nous enveloppent et la qualité du transfert HD restitue à la perfection l'atmosphère  intime et feutrée du film. Les plans extérieurs de nature, montagnes et fjords, resplendissent et l'oeil se perd avec délice dans le niveau de détail ahurissant de ces tableaux. Du grand Art sur le fond et la forme.

 

(Bravo pour l'élégant Steelbook car cette oeuvre restera et mérite de prendre place sur votre étagère)

 

Director:

Writer:

 
 
 
 
NE9wNxroIvVad9_2_a.jpg


13/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi