LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

EDGE OF TOMORROW, Embarquer. Adorer. Recommencer

FUN SF                                             BLU-RAY 3D

DOUG LIMAN

Edge-of-Tomorrow-poster.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Un gros régal visuel sur un pitch marrant comme tout.

Un pleutre personnage prisonnier d'une boucle temporelle. A revivre éternellement sa journée de combat l'irrésistible "loser" (on parle quand même de Tom Cruise) va se muer en véritable "bête de guerre". C'est Un Jour sans Fin à la sauce Gears of War. Recyclage brillantissime du principe de jeu-vidéo. Du "bourrin-malin",  fun jusqu'au vertige,  avec en prime un savant dosage d'humour et d'autodérision qui finit d'emballer royalement  le produit. De quoi jouir sans complexes!  Enfin un blockbuster qui parvient à surprendre sur le fond comme à nous laisser bouche-bée face au gigantisme des scènes d'action. Plein les yeux et avec le sourire! 

 

6712732-10261826.jpg

 

Quel joie de voir enfin Tom Cruise passer la première partie du film à casser son image d'increvable beau gosse en se glissant,  littéralement terrorisé,  dans la peau d'un planqué balancé comme un bleu au coeur même de l'enfer. Francs éclats de rire lorsqu'il marche vers son premier assaut en maitrisant laborieusement son exosquelette. Il est beaucoup plus facile alors pour le spectateur que nous sommes de s'identifier à ce type que l'on parachute en première ligne!  Une invasion extraterrestre absolument terrassante qui évoque aussi bien Starship Troopers que l'apocalyptique ouverture du Soldat Ryan. A ses cotés Emily Blunt assure méchamment en redoutable amazone,  et ce sans perdre un centième de sa radieuse féminité. Un vrai beau duo de cinéma. 

 

edge_of_tomorrow_le_film_depasse_enfin_les_100m_sur_le_marche_domestique.jpg

 

Face à la maitrise de telles séquences on en arrive à l'authentique prouesse de ce grand huit cinématographique de première classe: Le montage! Comment avec un tel principe de répétition parvenir à une telle virtuosité dans le rythme et le timing? Aucune lassitude, et des rebondissements à la pelle.  Le film nous embarque et ne nous lâche plus. Doug Liman a oeuvré en compagnie du monteur James Herbert (celui-là même qui a assemblé avec bonheur les bondissantes aventures du Sherlock Holmes de Guy Ritchie) Chapeau bas. La surprise est permanente jusqu'à ... Une dernière demi-heure plus consensuelle et prévisible mais toujours spectaculaire. Qu'importe, cette dernière demi-heure ne dérange que parce que le reste est absolument génial. 

Et visuellement ?  

 

edge-of-tomorrow-exosuit-1.jpg

 

C'est un triomphe. 

Tourné en 35, le support argentique offre une belle matière a ce déluge d'effets extraordinaires. Parmi les plus beaux vus sur une écran de cinéma ces dernières années. Le Blu-ray est à rugir. Un luxe de détails faramineux et un traitement des couleurs à garder le sourire pendant plusieurs jours. Il faut préciser que la photographie du film est signée Dion Beebe.  Authentique artiste qui a sur son cv une jolie collection de perles : Miami Vice, Geisha ou Chicago ( Quoi que vous ayez pensé de ces films, visuellement : rien à jeter) Issues d'un master 2K  les images sont à se décoller la rétine. On s'interroge d'ailleurs sur l'utilité de passer au 4K face à un tel stradivarius du transfert HD. Voici donc l'occasion de redécouvrir dans des conditions optimales ce jubilatoire moment de pure SF. Même si les supers-héros et  robots géants lui sont passés devant au box-office,  le temps remettra les choses dans l'ordre. 

Edge of Tomorrow ? 

Futur film culte !

 

 

 

emily-blunt-edge-of-tomorrow-1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MAKING EDGE

 

 

 

 

 

edge-of-tomorrow-gets-an-a-for-its-practical-effects-flicksided-a-movie-amp-film-news-rumors-and-entertainment-blog.jpg

 

 

 

 

 

 

                 

 

 

 

 

 

 

                      Concept Art par Jerad Marantz

tumblr_n803nfoOuj1qg8i80o3_1280.jpg

 

 

 

 

 

3ccf1a32c2580e681e456974596ced7d.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 81oneGiBeuL._AA1500_.jpg

 

 

 

 

EDGE OF TOMORROW

2014

1H50

 

Le Blu-ray :   A rugir. Un luxe de détails faramineux et un traitement des couleurs à garder le sourire pendant plusieurs jours. Des images sont à se décoller la rétine.  On s'interroge d'ailleurs sur l'utilité de passer au 4K face à un tel stradivarius du transfert HD.

Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay), 2 more credits »
 
 
 
 
10709_30.jpg



27/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi