LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

DEPARTURES, Cirimax entre joies et peines

DRAME                                               DVD

YOJIRO TAKITA

63767.jpg

 

Voilà un film de 2009 hors du commun par le sujet qu’il traite : les pompes funèbres, la mort.
Attention les amis, rien à voir avec l’excellente série Six Feet Under, bien que cette profession y soit montrée dans un contexte occidental.
Mais parler de « pompes funèbres » n’est pas tout à fait juste et plutôt vague. Non, il s’agit ici de l’art de la mort dirais-je, de la pratique du traitement des personnes humaines trépassées…..tout un programme !
Bon, je sais, d’aucun diront « je ne veux pas voir ça » ou voudront fuir le sujet….bref préféreront ne pas voir ce film.
STOP ! Partez pas les gars !...et les filles aussi, hein…


Mon but ici est de montrer qu’on aurait bien tort de se priver d’une telle œuvre et que ce film de très haute tenue, démontre l’importance du respect dans ce qu’il a de plus ultime, de plus extrême, que ce soit envers les défunts, envers la société ou bien sûr envers les familles des défunts.

 

vlcsnap-2010-10-08-16h58m08s199.png


« L’aide au départ » est le véritable titre du film car le héros pense au début qu’il se présente dans une agence de voyages…. Mais il s’agit plutôt d’une noble et grave profession  qui est en même temps taboue, un peu opaque et regardée souvent de travers….En effet, que fait-on aux morts ? Que se passe-t-il au sein des pompes funèbres ? La société a peur de cet univers qui fait dans l’obséquieux et qui est orienté vers le triste, les larmoiements….et les nez qui coulent….mouchoir au poignet…bref la mort quoi.
Pourtant, on est là devant une œuvre d’une telle délicatesse et d’une richesse si infinie qu’on en reste sans voix. La mise en scène de Yojiro Takita est plus que subtile et forte en même temps et son film est, il faut le dire, passionnant, souvent drôle, voire cocasse et empreint d’une inévitable gravité malgré tout.
Daigo et sa femme sont à la recherche d’une source de revenus après leur déménagement et les temps sont durs. Pourtant Daigo va se rendre à cette annonce d’ « aide au départ » pour le moins laconique. Même sa femme doutera de lui, mais, découvrant les rites, les us et coutumes funéraires, il va enrichir sa vision des choses et au contact de son employeur, parvenir au coeur de la maîtrise à ce point même où l’émotion nous gagne et nous rappelle que, oui la mort, la dignité des êtres, le soin pris pour les uns ou les autres, pour les familles se révèlent être le plus important de la vie et qu’un être, cher ou pas, hors de tout jugement, se doit d’être traité avec dignité et compassion.

Le message est superbe.

 

2009_departures_004.jpg

Ce film est une véritable respiration entre joies et peines, un voyage au cœur de la dignité et de l’art de la dignité. Et puis les locaux de l’employeur sont d’une extraordinaire singularité tout en faisant penser à un décor d’Hitchcock, façon maison hantée….mais quand même, y’a un paradis tout là-haut…!
Et pourtant Aoki Shinmon, a refusé qu’il soit dit qu’il était l’auteur du livre estimant avoir été plus ou moins trahi, alors qu’il était en accord avec le scénario au départ. Les notions de respect, de famille et de dignité humaine se sont pour lui disloquées dans ce film tombé dans l’humanisme le plus ordinaire alors que son idée était de mettre l’accent sur le bouddhisme dans son livre, sur le rapport à l’éternité, sur la notion d’éveil au monde de Bouddha, pas sur l’humanisme et le misérable état de l’homme.
……J’en vois qui dorment au fond… !
Ainsi donc, la chute du film n’étant pas fidèle selon lui à son livre, il a refusé que son nom apparaisse. Personnellement, je le trouve plutôt sévère…mais chacun se fera son idée.
Il n’en demeure pas moins que ce long métrage a remporté un nombre de récompenses impressionnant aux USA dont l’Oscar du meilleur film étranger, à Montréal et bien sûr une multitude de prix au Japon.
La musique est signée Joe Hisaishi, immense compositeur qui a œuvré aussi régulièrement pour le maître Miyazaki. Sa musique laisse une empreinte réelle sur ce film et habille le propos avec une réelle élégance.
Ne ratez pas ce film, outre qu’il soit passionnant, il ouvre d’infinies perspectives de réflexion et d’émerveillement….

 

Oscar du meilleur film étranger (2009)

 

 

 

Cirimax,

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Monsieur le director

 

 

 

 

 

departures+6.png

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

0cbbea86-2fb9-488b-bb60-a242a961dd1a.grid-6x2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

71O8if2cN9L._SL1443_.jpg

 

 

DEPARTURES

2008

2H10

 

LE DVD :   Ce n'est pas de la HD, certes, mais ça reste digne.

Director:

Writer:

 
 
 
 
 
008dps_ryoko_hirosue_015.jpg
 
 
 
 
 

Envie de partager vos impressions sur ce  film?

Envoyez un texte ou quelques mots.  Ils viendront compléter la chronique !



12/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi