LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

CARS, l'autre Amérique

ANIMATION                                               BLU-RAY

JOHN LASSETER

cars-affiche-internationale-01.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La classe intégrale.

J'ai revu cette pépite d'animation l'autre soir et l'émerveillement a encore été au rendez-vous. Visuellement, on tient là un des musts de l'écurie Pixar, que ce soit en qualité d'animation sur les textures, matières, couleurs et reflets que sur la splendeur des décors. Idem sur le fond : Le régal est permanent. Tout est sublime dans Cars. Du premier au dernier plan. La première partie du film est proprement ahurissante. La course inaugurale puis la traversée du pays offrent des tableaux totalement scotchant. Si vous disposez d'un écran de belle diagonale vous aurez bien du mal à garder la bouche fermée.

 

106_11_large.jpg

 

Sur le fond on savoure aussi le parcours initiatique de Flash McQueen, jeune bolide branleur et égocentrique qui va se prendre une grand leçon d'humilité et d'humanité au contact des paumés et doux-réveurs de la petite bourgade de Radiator Springs.  Une galerie de bagnoles irrésistibles. Martin, vieille dépanneuse en quète d'amitié. Sally, charmante hôtelière au caractère bien trempé. Un ancien militaire ferraillant quotidiennement avec son voisin, rescapé des années 70. Il y a aussi Guido, le vendeur de pneus italien attendant désespérément le client. Sans oublier Doc, l'ex champion de course automobile, cachant sous un voile d'amertume son passé glorieux. Un personnage doublé par le légendaire acteur, pilote et patron d'écurie Paul Newman himself. C'est peut-être un détail pour vous mais pour moi, ça veut dire beaucoup. Ça veut dire qu'il était libre, heureux d'être là malgré tout et que du coup c'est un dessin animé qu'il faut regarder en VO.

Bref, au milieu de cette joyeuse et truculente galerie de personnages, l'arrivée de Flash McQueen dans cet univers des oubliés de l'amérique triomphante, servira de révélateur. Tous en sortiront grandi. Et le spectateur aussi.

 

106_14_large.jpg

En plus d'être profondément émouvante l'histoire évoque le sort de toutes ces "villes fantômes"oubliées du réseau autoroutier. On parle bien ici de cette population qui a payé au prix fort la récession. C'est la grande force des oeuvres  du "Pixar de la grande époque". Elles ont toujours proposé aux (adultes) un sous-texte solidement charpenté. 

Chronique d'un "Winner" plongé par accident dans le monde des "losers", Cars réconcilie ainsi deux visages de l'amérique. Une belle histoire de rencontres loin du show-biz et de la vaine agitation des villes. Voilà donc la grande réussite de la chose. Au-delà de sa splendeur formelle, ce chef-d'oeuvre de l'animation numérique se paye le luxe d'offrir un vrai discours humaniste.  

La classe intégrale, quoi.

 

 

Cars_25578_4ea5d57b34f8633bdc0010d3_1320300379.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

doc4.jpg

 

 

 

 

 

 

Pixar. L'hommage signé Robert Sheribel

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

51rdeSTmDlL.jpg

 

 

 

CARS

2006

2H

LE BLU-RAY :  Pixar = Perfection. Un top-démo à pleurer de joie.

Directors:

 

Writers:

  (original story by), (original story by), 13 more credits »
 
 
 
 
 
Cars_25578_4ea5d58334f8633bdc0010d9_1320300380.jpg
 


30/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi