LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

BOYHOOD, grandir

DRAME                                          BLU-RAY

RICHARD LINKLATER

Boyhood-Richard-Linklater-poster-anglais.jpg

 

 

 

 

 

 

La vie et rien d'autre.

Les enfants grandissent, les adultes vieillissent. Accompagner Mason et les siens douze ans durant et lire les marques du temps sur le visages des acteurs, offrent une sensation inédite. Le temps file devant nos yeux, sans les artifices et contraintes de la fiction traditionnelle.  Sans pose d'auteur ni destructuration artificielle du récit, Richard Linklater nous livre ici un petit miracle de fraicheur et de gravité mêlées. Le projet est ambitieux mais la forme est simple. Une mise en scène souvent frontale et sans effets avec quelques plans-séquences, pour ne rien perdre de l'instant. Un traitement d'une profonde humilité.

Le temps fait l'oeuvre. Quelque chose de la vraie vie, sans maquillage.

mat_6789.jpg

Le scénario se structure sur la scolarité de Mason, jusqu'à ce qu'il devienne un "Lauréat" et quittte le nid. L'essentiel sont les petits riens du quotidien et les drames toujours abordés en pointillés. Pas de pathos, ni d'hystérie. Les ellipses consolent. Boyhood n'est pas un drame mais le conte d'une vie ordinaire. L'histoire d'un petit garçon, Mason, élevé avec sa soeur par une mère fragile mais déterminée. Le père, séparé, est décrit avec tendresse. Immature, un peu artiste, mais profondément attachant et vivant "totalement" les rares moments passés auprès de ses enfants. Hommage à ce courage de tous les jours.  Pour que la vie tienne debout toute seule, que nos enfants aient de quoi grandir. Rester présent.

De ces rencontres, moments de constructions et de confrontations, ruptures, envols et périodes de doute, Boyhood délivre un récit  toujours simple et juste. Jamais pesant ni plombant. Même si, en quelques lignes de dialogue ici et là, des vérités précieuse sur la vie nous sont confiées. Au terme de 2h45 de film et douze ans de vie, je suis ressorti le coeur apaisé. Boyhood est une oeuvre profondément humaniste. Chronique, récit d'apprentissage, odyssée. Un vibrant encouragement à aller de l'avant et vivre pleinement chaque émotion. Douze de tournage à la gloire de " l'instant présent"

 boyhood-skip-crop.jpg

 

Magnifique Patricia Arquette, composant sans fards l'admirable personnage de la mère (un oscar mérité). Ethan Hawke, toujours subtil dans son jeu,  en père fragile mais plein d'amour. Irrésistibles Ellar Coltrane, enfant du cinéma, et sa partenaire Lorelei Linklater, propre fille du cinéaste. Et ces personnages avancent au fil du temps, ou plutôt le temps fait avancer leur histoire... Et le réalisateur les accompagnent avec la même délicatesse.

Suivre ainsi ses personnages, Linklater sait faire. Dans son triptique Before Sunrise (1995) Before Sunset (2004) et Before Midnight (2013) Il aura vécu 18 ans de l'histoire de Jesse et Céline ( Ethan Hawke et Julie Delpy). Marque d'un cinéaste dont le principal carburant est la vie. Pas forcément une évidence quand certains "auteurs" s'égarent dans la citation, voir l'auto-citation. Il est bon de se rappeler que notre brève et fugitive existence de mortel reste un puissant scénario. 

"What's the point... off all this?" Vivre, tout simplement.

 

 

 

 

 

image.jpg

 

Je n'aurais qu'un seul souhait à formuler. Retrouver un jour Mason,  de ses années de fac jusqu'au moment ou il deviendrait père. La boucle serait ainsi somptueusement bouclée....

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Life is beautiful

 e088007b-0dc7-4db8-962f-38bed1c3748b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 

r0_3_1200_678_w1200_h678_fmax.jpg

 

 

 

 

 

 L'hommage

 Voyage dans l'oeuvre du cinéaste Richard Linklater signé Joel Walden

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 Richard_Linklater_Boyhood_movie.jpg.CROP.promovar-mediumlarge.jpg

 

 

 

 

 

 

 

113063_front.jpg

 

 

 

 

 

BOYHOOD

2002-2014

2H45

 

LE BLU-RAY : Agréable sensation ciné. Un transfert HD respectueux de la texture 35mm. Douze ans de tournage pour un résultat totalement homogène. Pas de piqué à l'épate, un fin voile de grain mais un niveau de détail tout à fait honorable et des couleurs profondes. Le blu-ray creuse la distance avec le DVD sur les plans larges. Un résultat simple et chaleureux, à l'image du film.

Director:

 
 
 
 
Boyhood3.jpg


21/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi