LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & CO.

LES CHRONIQUES CINÉ DE  FRANCISCO & CO.

BLADE RUNNER, les cinévores rêvent-ils de licornes en papier?

SF / FILM NOIR                                    BLU-RAY

RIDLEY SCOTT

blade_runner_xlg.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Eldon Tyrell   -   Qu'est-ce qui vous pose un problème ?
Roy Batty       -   La mort.
Eldon Tyrell   -   La mort ? Mais j'ai bien peur que ce soit en-dehors de ma juridiction.
Roy Batty       -  Je veux plus de vie, père.

33 ans.

Blade Runner ne vieillira jamais. Splendeur glaçante d'un Los-Angeles tentaculaire, gigantesque Métropolis, où les Spinner peinent à s'arracher à la gravité pluvieuse et obscure d'un futur ou les rêves ne s'affichent plus que sur de gigantesques écrans publicitaires. L'humanité qui s'y agglutine semble désincarnée et la solitude accompagne tous les personnages. De l'ex-flic, Deckard, aux réplicants, ces androïdes devenus plus vivants que les humains. Tous vont voir se diluer le sens de leur existence et la perception de leur identité dans la lente et mélancolique traque qui les lient. Une atmosphère de fin du monde souvent imitée mais jamais égalée depuis. Si je parle d'atmosphère c'est que le decorum constitue ici le coeur de ce prodige visuel. L'artisan de ce miracle est Douglas Trumbull, le magicien des effets spéciaux qui a imposé 2001 et Rencontres du 3ème type en références incontournables avant de signer les visions astrales de The Tree of Life. Ici il s'est surpassé. Dès l'ouverture, les spectateurs gavés d'effets numériques que nous sommes reprennent pied dans une saine matérialité.

Somptueusement photographiées par Jordan Cronenweth ( Au-delà du réel, Cutter's Way) Ces visions inoubliables de gratte-ciel en abîmes, les costumes et les éclairages aux néons de ce gigantesque monstre de cinéma alimentent aujourd'hui encore la matrice de toute la SF contemporaine. Et tout ceci de prendre son envol grâce à la musique de Vangelis. Comment ne pas citer alors mon frère de chronique, Spinaltap: "Space-Opéra cosmique aux synthétiseurs envoûtants qui illustrent à merveille le désenchantement ambiant de ce chef-d'œuvre noir et le spleen de ses personnages. Une partition indissociable de ces images sublimes."

blade-runner-wallpaper-02.jpg

 

Vous trouverez ici et là sur le net une foule d'analyses et de décryptages passionnants concernant cette oeuvre fascinante. Le pouvoir d'attraction de cet univers dystopique n'a rien perdu de sa puissance. Considéré comme un semi-échec lors de sa sortie sur le territoire américain, c'est en Europe et notamment chez nous que son statut d'oeuvre culte a été érigé.  Le caractère sombre, violent et dépressif de l'ensemble tranchait radicalement avec l'univers alors triomphant du space-opera ou les grosses frayeurs du Slasher SF façon The Thing. Le spectateur qui avait tremblé devant Alien fut probablement désorienté en plongeant dans ce gouffre poisseux et obscur, conçu par un jeune réalisateur visionnaire alors adulé. La quète existentielle des réplicants et le spleen de leur poursuivant n'avait plus le charme rassurant d'une SF soigneusement balisée aux héroïque morceaux de bravoure.

blade.jpg

L'ex-flic Deckard, c'est le Philip Marlowe de demain, menant son enquête avec cette élégante nonchalance à la Bogart, dans les pas d'une brune au charme fatal. Mais c'est un héros usé, alcoolique, insomniaque et taiseux, flinguant sans trop d'états d'âme de magnifiques androïdes au coeur d'un univers aussi foisonnant que dépourvu de sens. Le design rétro-futuriste et le jeu permanent des ombres et lumières accentuent ce lien au film noir tandis que l'ambiance, les costumes et maquillages des criminels répliquants posent ici les bases de l'imagerie cyberpunk. A ce titre, la puissante cinégénie des ténèbres pluvieuses du Los-Angeles 2019 ont marqués les Wachowski. Leur trilogie Matrix multiplie d'ailleurs les clins d'oeils et références au totem de sir Ridley.

Blade Runner n'a pas surgit du néant. L'univers, l'intrigue et les personnages constituent une extrapolation magnifique du court roman de Philip K. Dick publié en 66 " Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques?". Quelles sont les limites de l'intelligence artificielle?,  où commence la conscience? l'empathie?. Qui est le plus humain entre l'homme et la machine, dans un monde écologiquement dévasté aux populations écrasées ? l'essence du livre est bien là. On comprend l'enthousiasme de K. Dick à la lecture du scénario de Hampton Fancher et David Peoples (Impitoyable, l'Armée des 12 Singes)

rachaelbladerunner.jpg

 

Harrison Ford, alors au sommet de sa gloire, s'avoua un peu désorienté dans ce tournage titanesque. Un égarement qui profite pleinement au rôle. Ses regards tristes et perdus rendent plus authentique encore la lassitude du personnage. Un mélange de force et de fragilité qui fait de Deckard l'icône futuriste du héros désabusé. Un modèle pour tous ces portes-flingue au regard ténébreux qui peuplent aujourd'hui la SF aussi bien au ciné qu'en BD, que dans l'univers des jeux vidéo. La galerie de personnage qui hante ce film est tout aussi marquante. Les charismatiques et puissants replicants dont le mentor est un Rutger Hauer statuaire et princier, secondé par les somptueuses Sean Young et Darryl Hannah dans leur premiers grands rôles. Pathétique J-F Sebastian, le généticien se fabriquant ses robots de compagnie pour tromper sa solitude. Et la présence inquiétante de Gaff, le messager, déposant ici et là ses origamis comme autant d'indices quant à la finalité du parcours de chacun.

 

blade-runner.jpg

 

Un petit mot sur le transfert HD.

On a déjà tout écrit sur ce nouveau master 4K qui en 2007, lors de la sortie du Blu-ray, a été accueilli comme une épiphanie. A le revoir aujourd'hui sur un écran à l'uspcaling 4K, on salue encore bien-bas ce travail admirable de restauration. 35 ans après le tournage, les images 35 et 70 mm irradient comme "de grands navire en feu surgissant de l'épaule d'Orion". Respect absolu de l'aspect argentique. Un grain géré divinement et un niveau de détail qui sacralise définitivement le travail de maître Douglas Trumbull. Une véritable redécouverte que l'on savoure à genoux et des larmes plein les yeux.

33 ans après, Blade Runner continue de m'éblouir. Un requiem sombre et somptueux, violent et poétique qu'une minuscule licorne en papier ramène au silence.

 

 

 

 

 

 

blade-runner-art-roy-pris.jpg

 

 

 

 

 

 

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

blade-runner-blade-runner-15-09-1982-25-06-1982-33-g.jpg

 

"J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire. De grands navires en feu surgissant de l'épaule d'Orion. J'ai vu des rayons fabuleux briller dans l'ombre de la porte de Tanhäuser. Tous ces moments se perdront dans l'oubli comme les larmes dans la pluie. Il est temps de mourir."

 

 

Le génie à l'oeuvre

harrison-ford-and-ridley-scott.jpg

 

 

 

 

 

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

 

 

 

Blade-Runner-poster-Matt-Ferguson.jpg

 

 

 

 

 

 

 Le projet Blade Runner 2

 

 blade-runner-1-600x373.jpg

 

 

 

 

BLADE RUNNER 2049

Projet un peu flippant, revisiter un mythe fondateur est toujours hautement casse-gueule. Le pitch, imaginé par Scott himself est développé par Hampton Fancher, déjà co-auteur de l'original, et Michael Green (The Green Lantern, Heroes). L'histoire ressemblerait à un long parcours au coeur des ténêbres sur la piste de Deckard. Un trajet façon Apocalypse Now. Vision plutôt alléchante, d'un univers que l'on imagine développer cette fois hors des mégalopoles... L'air, les océans, la pluie seraient désormais toxiques.

Citons cette vision décrite par Ridley scott à un journaliste : "Il y aura de vastes terres agricoles sans barrières ou quoi que ce soit d'autre, à perte de vue, plates comme les plaines du Kansas, où vous pouvez voir au loin sur des kilomètres. Et c’est de la terre, mais ça a été "ratissé". A l’horizon on aperçoit une moissonneuse-batteuse futuriste avec des lampes à arc, parce que c’est l’aube. La moissonneuse est aussi grande que six maisons. Au premier plan, il y a une petite cabane de bois blanche avec un porche, comme si on était dans Les Raisins de la colère. Une voiture arrive de la droite, à deux mètres environ au-dessus du sol, poursuivie par un chien. Et c’est tout, je ne vous dirai rien d’autre".

Harrison Ford, emballé par la lecture du scénario, a rejoint le projet pour une participation discrète mais essentielle. À ses cotés, Ryan Gosling ferait également parti de l'aventure avec un premier rôle en charge. On note également les présences de Jared Leto, Robin Wright, Dave Bautista et Lennie James.

blade-runner.jpg

Coté réal, Ridley Scott gardera un oeil sur le projet mais, accaparé par le tournage de Prometheus 2, il laisse les commandes aux réalisateur canadien Denis Villeneuve. Excellent choix car voici un cinéaste qui a le sens de l'atmosphère (Prisoners, Incendies et Sicario) et qui a toujours classé Blade Runner parmi ses films de chevet. Conquis par son talent, Ridley lui laisserait carte blanche. L"équipe est déjà constituée, avec comme directeur photo le grand, l'immense, Roger Deakins ! 

Le tournage aurait démarré semble-t'il, durant l'été 2016 pour une sortie annoncée le 6 octobre 2017 aux USA.

 

Concept art images

 

 

blade-runner-2-concept-art-slice-600x198.jpg

 

 

                      ZZ3340101D.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

81LDVvV6gzL._SL1500_.jpg

 

Visuel : Steelbook - 28/10 /2015 !

 

 

BLADE RUNNER (final cut)

1982

1H55

 

LE BLU-RAY : On a déjà tout écrit sur ce nouveau master 4K qui en 2007, lors de la sortie du Blu-ray, a été accueilli comme une épiphanie. A le revoir aujourd'hui sur un écran à l'uspcaling 4K, on salue encore bien-bas ce travail admirable de restauration. 35 ans après le tournage, les images 35 et 70 mm irradient comme "de grands navire en feu surgissant de l'épaule d'Orion". Respect absolu de l'aspect argentique. Un grain géré divinement et un niveau de détail qui sacralise définitivement le travail du maître des effets spéciaux Douglas Trumbull. Une véritable redécouverte que l'on savoure à genoux et des larmes plein les yeux.

Director:

Writers:

(screenplay), (screenplay) (as David Peoples) , 1 more credit »

 

 

 

 

large_blade_runner_final_blu-ray_2x.jpg

 



16/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi