LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

LES CHRONIQUES CINÉ DE FRANCISCO & Co

ALIEN COVENANT, manifeste romantique

SF / HORREUR / BLU-RAY

RIDLEY SCOTT

artfichier_777966_7355158_201709170916335.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-  If you created me, who created you? ...  You will die, i will not.

 

Comme souvent dans les grandes oeuvres, La scène d'introduction condense à elle seule le propos et le ton du film.

Il sera question de mort et de création.

Défier et dérober le feu des Dieux pour plus de vie.

Le mythe Prométhéen irrigue une grande part de la filmographie de Ridley Scott et particulièrement depuis Blade Runner. Dans la saga Alien, ce parcours de damné, résultant au final de la volonté de puissance, condamne l'ensemble des protagonistes, hormis Ripley. Seule survivante des carnages d'un Alien sans cesse "ressuscité", ce personnage de guerrière semble condamné à revivre sans cesse (quatre films durant) le même supplice. (je pense à Prométhée, attaché à son rocher et se faisant chaque jour dévorer le foie par L'aigle du Caucase avant que celui-ci ne repousse dans la nuit)

Subir les assauts du monstre jusqu'à porter les germes de la destruction.

Depuis Prometheus et aujourd'hui avec Alien Covenant les humains ne sont plus que des jouets. David, l'androïde, l'avatar des hommes, fruit du progrès technologique, a prit le dessus. (Bien vite nous allons réaliser à quel point ces nouvelles oeuvres tant décriées sont prophétiques et augurent d'un avenir presque immédiat où l'intelligence artificielle gouvernera totalement et définitivement nos vies )

A trop s'approcher de la création divine, les humains ont allumés le brasier de leur propre destruction. L'androïde, d'abord allié et outil d'exploration ne peut résister au désir de puissance. Il acquiert sa liberté et se fait lui même créateur et donne naissance à une créature d'apocalypse.

Alien Covenant nous confronte ainsi aux racines comme au mécanisme du mal.

 

alien-covenant-10.jpg

 

David, modèle d'intelligence artificiel, superbement incarné par le magnétique Michael Fassbender, échoué sur la planète des ingénieurs (créatures apparues dans Prometheus, à l'origine de l'apparition de l'homme sur Terre) a semé la mort et la désolation. Geste de subversion radical. Roi fou, il règne sur une terre ou ne résonne aucun chant d'oiseau ni cri d'animaux. Les seules sources de vie ne sont que les effluves microscopiques de germes tueurs. Inhalés, ils donnent naissance à la bête immonde, condamnant son porteur à une mort atroce et écumante. Amateurs de sensations fortes, soyez rassurés, le contrat gore du survival est ici respecté.

Véritable "Colonel Kurtz" des confins de l'espace, David, L'ex robot exemplaire, a donc consacré les dix ans de son isolement à concevoir le prédateur ultime. Celui par qui surgit l'horreur. (À propose de Kurtz, il plane d'ailleurs dans la nécropole les mêmes ombres et lumières que dans l'antre de "l'ogre"d'Apocalypse Now.) La seule survivante du Prometheus, que le spectateur s'attendait à retrouver, n'est plus de ce monde. La malheureuse a servi de cobaye à ce docteur Frankenstein.

Les repères s'effacent et l'espoir s'évanouit.

 

michael-fassbender-alien-covenant.jpg

 

Débarqués dans cet univers aux cieux bas et lourds et prisonniers d'une lugubre nécropole peuplée de cadavres fossilisés, on comprend très vite que l'équipage du Covenant est d'emblée condamné.

Ce parcours de survival est écrit d'avance et s'exécute avec une logique aussi implacable que prévisible. Mais ce qui me fascine ici, au-delà du spectacle gore aux effets particulièrement aboutis, c'est la profonde et envoutante beauté de ce grand film morbide.

La direction artistique de l'ensemble est exemplaire. le travail accompli absolument gigantesque.

Esthétiquement, des paysages aux forêts opaques et silencieuses, aux lacs troubles et pâles jusqu'à la sinistre nécropole où sur la grande place centrale les cadavres fossilisés des ingénieurs semblent encore hurler de douleurs, l'obscurité et les ténèbres n'ont jamais été aussi belles!

L'admirable sens du cadre de Scott allié au talent phénoménale du directeur photo Darius Wolski (Prometheus, Dark City, Exodus) délivre, une fois encore, une somptueuse collection de tableaux de maître.

 

alien_trailer3.jpg

 

Wagner, Byron, Shelley.

Les citations et références à ces trois grands noms (figures majeures) du romantisme donne le ton.

J'insiste, côté musique (mythe prométhéen toujours) sur le segment l'Entrée des Dieux au Valhalla, issue de L'Or du Rhin de Richard Wagner...

Cet élan romantique traduit bien la soif d'absolu qui habite l'androïde David. Or, l'élan subversif aspirant à repousser les limites et à plonger dans l'inconnu a toujours été le berceau de l'inspiration visionnaire de Ridley Scott depuis ses débuts de cinéaste.

Défier la mort et le néant.

C'est d'ailleurs le mouvement romantique qui, à l'initiative de Byron et dans sa volonté de terroriser le bourgeois, donna naissance au roman gothique. Source de toute la culture Fantastique, SF et horrifique à venir. Un mouvement dont le Frankenstein de Mary Shelley (amante de Byron) reste l'emblème. Un roman dont le sous-titre était "Le Prométhée Moderne". Tout se recoupe et se rejoint. C'est cette fameuse permanence des mythes qui habite l'oeuvre de tous les grands créateurs (qu'ils en soient conscients ou non).

Ridley Scott est un homme de lettres, au grand désarroi des geeks intégristes et des bouffeurs de pop-corn qui ont sortis les armes devant ce survival pour esthètes.

Son film déroute et divise, comme tous les manifestes.

 

alien-covenant-movie-images-stills-screencaps-5.png

 

Je vois également Alien Covenant comme une oeuvre profondément nihiliste et enragée.

L'effroi, l'horreur, la souffrance et la mort. Voilà ce qui attend l'équipage du Covenant. Une constante dans tous les films de la Saga sauf qu'ici l'équipage est essentiellement composé de couple. La notion de Deuil s'impose et je ne peux pas alors m'empêcher de lire ici (Ridley Scott travaille étroitement avec les scénaristes et propose souvent l'idée-racine du récit) le propre pessimisme et la propre colère de Scott.

Depuis la mort de son frère, Tony, avec qui il partagea toute sa vie la passion de l'image et avec qui il avait fondé sa propre société de production Scott Free, les films de cet immense cinéaste oscillent entre un côté sombre et violent (Cartel, Alien Covenant) et une recherche purement formelle (Exodus) débouchant parfois sur une profonde aridité scénaristique (Seul sur Mars).

Je fais peut-être de la psychologie de bazar, mais j'ai le sentiment, par cette succession de scène terribles où chacun voit son amour déchiqueté, que Ridley Scott exprime ici toute sa rage et son chagrin.

 

033b534a11ac7630.jpg

 

Alien, Blade Runner.

On n'avait pas fait mieux depuis le 2001 du génie Kubrick.

Thelma et Louise est un phantasme extatique de road-movie et le souffle épique totalement euphorisant de Gladiator a littéralement ressucité le péplum.

Oui, Ridley Scott est un immense cinéaste.

Un génie de l'image. 

Même si ces derniers films n'ont pas la puissance des chefs-d'oeuvre que je viens de citer ils restent de grands moments de cinéma.

Au coeur de la noirceur de Covenant, je vois le refuge où Scott reprend souffle et inspiration. Je vais à mon tour citer L'Or du Rhin de Richard Wagner et faire résonner le dernier chant des nymphes :

 

  Dans ces profondeurs seules

  on est tendre et fidèle

  Ce qui rit là-haut est perfide et lâche !

 

 

 

 

Francisco,

 

 

 

 

 

 

Le point de vue de Ghostdog

alien-covenant-trailer-breakdown8.jpg

 

 

 

 

Tout comme Prometheus, Covenant devra être reconsidéré avec le temps.

C'est une grande réussite.
L'Alien est le seul prédateur qui chasse non pas pour se nourrir mais pour se reproduire. Aujourd'hui encore, il règne seul en maître sur cette prédation.
Scott aborde ici explicitement la reproduction, chez l'humain mais aussi chez l'Alien dont la silhouette définitive la plus avancée est sans équivoque.
Qu'il est également intéressant de renouer avec l'ordinateur de bord "Mother" et que le fils, l'androïde de bord, ait à nouveau un sang comparable au lait maternel.

Manifeste romantique ? Assurément. Et dans son sens premier.
Mais, au delà de la récurrence wagnérienne, ce qui m'a réellement frappé, ce sont les jardins de David où est enterrée la très humaine professeur Shaw.
Ils sont en effet la réplique parfaite du tableau "L'île des morts" peint par Arnold Böcklin à la fin du XIXème siècle.
Sur ce tableau, l'île, un endroit hors de tout, hors du temps, est pareillement drapée de nuit. Face à elle, une barque où se tient un unique et mystérieux passager recouvert là aussi par la capuche de son linceul.
A l'évidence ici, cet occupant, conduit par Charon, s'est bien engouffré dans l'île, en a pris possession et y attend l'humanité.
Au fil du temps, ce tableau sera réinterprété par d'autres artistes y compris par Giger lui-même.

Un des Alien les plus dark depuis Alien cube mais aussi le plus féroce.

 

 

 

Ghostdog,

 

 

 

 

 

746523d6fb8fb79836ccab855f8cedee1b3a1e8f.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Le lien

20022460.jpg

 

 

 

 

 

 

 

61ZnIgPQfWL._SL1000_.jpg

 

ALIEN COVENANT

2017

2H

LE BLU-RAY : Un niveau de détail terrassant. Redoutables de précision les tableaux de sir Ridley enflamme la rétine. Obscure clarté de la HD... Un top-démo d'une élégance rare. (Merci à l'éditeur pour le Steelbook)

Director:

Writers:

(based on characters created by), (based on characters created by) | 4 more credits »

 

 

 

 

 

alien-covenant-michael-fassbender.jpg



17/09/2017
27 Poster un commentaire

A découvrir aussi